Cornonavirus Covid 19 : des cabines de téléconsultation médicales dans 4 pharmacies en Auvergne Rhône-Alpes

Médecins généralistes, hôpitaux, professionnels de santé doivent rapidement faire face à une demande croissante de consultation des patients. Le gouvernement vient d'ouvrir les conditions de prise en charge des actes de télémédecine pour les personnes exposées au covid 19.

Des cabines de téléconsultation médicale en réponse au manque de médecins servent également lors de l'épidémie de coronavirus.
Des cabines de téléconsultation médicale en réponse au manque de médecins servent également lors de l'épidémie de coronavirus. © D. Pajonk
Alors que l'épidémie de coronavirus a déjà contaminé plus de 10 000 personnes en France, des cabines de téléconsultation sont installées dans des pharmacies pour faciliter la tâche des professionnels de santé dans les déserts médicaux.

Dans de nombreux secteurs semi-ruraux ou rurbains, les généralistes manquent sérieusement. Du coup, la prise en charge des malades par téléconsultation tombe à point nommé. Elle fluidifie les rendez-vous avec les patients, dont ceux susceptibles de présenter des cas de covid - 19.

Tessan, la société qui a mis au point ces cabines, a déjà déployé une soixantaine de cabines médicales dans des pharmacies sur le territoire. Des cabines de téléconsultation qui mettent directement en contact les patients et les généralistes inscrits au Conseil de l'ordre des médecins. La téléconsultation avec un médecin qui n'est pas le médecin traitant est désormais possible est remboursée à 100% par la sécurité sociale.


Une cabine conçue comme "le cabinet du docteur"

Insonorisées, dotées de deux ou trois places, étudiées et pensées par des ergonomes, les cabines médicales sont équipées de tout le matériel nécessaire pour assurer une téléconsultation entre le patient et le médecin (écran, webcam, micro).
Les dispositifs médicaux connectés, au nombre de sept, sont pilotés par les médecins : thermomètre, tensiomètre, oxymètre, dermatoscope, otoscope, stéthoscope et balance.
"Avec tous ces instruments, le praticien, dispose de toutes les données en direct", explique Jordan Cohen, co-fondateur de Tessan. Il peut ainsi diagnostiquer la plupart des pathologies à distance."
 

Jusqu'à une dizaine de patients par jour

Dans la région, quatre officines sont équipées de ces cabines : dans l'Ain à Oyonnax, à Bourg-en-Bresse, au Chambon-Feugerolles (Loire) et à Bourg-les-Valence (Drôme).
Dans cette dernière, la pharmacienne a opté il y a un mois pour une borne qui offre les mêmes caractéristiques qu'une cabine. "Face au manque de médecins dans notre secteur, ou parce qu'ils sont submergés par la crise, cette solution est très pratique pour ceux qui ne trouvent pas de généraliste", explique Martine Modelon, la pharmacienne. Sur 150 à 170 clients en moyenne quotidienne, trois à quatre utilisent la borne. "Ce principe m'a plu. Il évite de passer par la maison médicale ou d'aller à l'hôpital" ajoute la gérante de cette officine de quartier.
A Oyonnax, depuis début février, date de son installation dans la pharmacie du quartier des Rochettes, la cabine reçoit en moyenne 6 patients par jour. Il y a quelques jours, elle a connu une pointe avec 11 patients. Pour son pharmacien titulaire, ça évite déjà aux patients de se retrouver dans une salle d'attente bondée. Et puis "C'est juste extraordinaire, c'est bluffant ! Une vraie consultation comme en cabinet, à quelques limites près. Mais ça doit rester une offre supplémentaire, un complément d'offre quand il y a une pénurie sur le terrain."
 

Comment ça marche ?

Après avoir créé son compte, en renseignant notamment son numéro de sécurité sociale et en entrant sa carte Vitale dans un automate, le patient voit apparaitre une liste de un à trois médecins disponibles rapidement. Cette liste s’affiche sur la tablette tactile. Une fois que le patient a choisi son médecin, ce dernier est averti et répond dans les 15 minutes en moyenne, un temps qui s'est allongé depuis le début de la semaine, reconnaît-on du côté de l'entreprise.
Le patient entre alors en contact avec un médecin généraliste par visioconférence. Il décrit ses symptômes, et si nécessaire, le médecin pourra procéder à l’auscultation ou autres tests à l’aide des appareils disponibles dans la cabine. A noter que des lingettes antiseptiques et des embouts stériles sont disponibles pour éviter les gestes à risques.
Une fois la téléconsultation terminée, le médecin rédige à distance le bilan de consultation et édite l’ordonnance (si nécessaire). Elle sera imprimée directement dans la cabine. Le patient récupère son ordonnance et peut se rendre directement au comptoir de la pharmacie ou d'une autre officine pour acheter ses médicaments.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter