Coupe du monde de biathlon à Östersund: pour Martin Fourcade, une victoire “qui fait partie des plus faciles”

Martin Fourcade / © AFP
Martin Fourcade / © AFP

Martin Fourcade, large vainqueur, ce dimanche 6 décembre, de la poursuite d'Östersund (Suède), a estimé que ce succès, le 41e de sa carrière, faisait "partie des plus faciles". Questions/Réponses. 

Par Propos recueillis en conférence téléphonique

Q: Quel regard portez-vous sur cette victoire éclatante?
R: "Elle fait partie des plus faciles, et je dis ça sans aucune prétention. Mais après trois tours je ne pensais pas avoir autant d'avance. C'est dû à un concours de circonstances en sprint samedi (qui définit l'ordre de départ et les écarts en poursuite, NDLR). Car derrière, certains ont grillé des jokers sur le sprint, Simon (Fourcade, son frère) a par exemple refait une bonne partie de son retard avec une super course mais il ne remonte que 14e (en partant 49e), tout comme Tarjei Boe (qui termine 4e en partant 29e). Ce sont des athlètes forts qui sont passés à travers sur le sprint et qui ne sont jamais arrivés à me mettre en danger. J'ai pu poser mon ski et mon tir. Je suis persuadé que dès la semaine prochaine ce sera plus compliqué."

Q: Êtes satisfait de retrouver dès à présent le dossard jaune de leader du général?
R: "Je suis content de retrouver le dossard jaune, de gagner aujourd'hui. Mais après c'est anecdotique car c'est le début de saison et ce qui compte c'est de l'avoir à la fin. Il pourra encore changer d'épaules, peut-être dès la semaine prochaine à Hochfilzen. Mais là c'est un super week-end et je sais que ce ne sera pas aussi facile tous les week-ends."

Q: Tirez-vous déjà des enseignements du niveau de vos adversaires après ce premier rendez-vous?
R: "J'ai des indications sur certains, d'autres n'ont pas encore montré leur vrai niveau. Je pense qu'une fois le premier tiers de saison passé, on pourra plus parler de ceux qui seront en mauvaise posture. Je suis content pour Quentin Fillon-Maillet (3e), c'est super pour le staff d'avoir deux membres de l'équipe sur le podium, c'est loin d'être si fréquent. Ca veut dire que chez nous tout est en place aussi (...) Moi, les courses qui arrivent me sont historiquement moins favorables. Je dois avoir dix victoires ici à Östersund, alors qu'à Hochfilzen, je n'en ai que deux par exemple. Après, ce n'est pas parce que je commence être vieux sur la Coupe du monde que je ne peux pas être surpris."

Sur le même sujet

Les + Lus