• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Coupe du monde: contre la Belgique, l'Algérie croit en Sofiane Feghouli, ancien du GF38 Grenoble

Sofiane Feghouli, le 4 juin, pendant la rencontre Algérie-Roumanie (2-1) à Genève. / © FABRICE COFFRINI / AFP
Sofiane Feghouli, le 4 juin, pendant la rencontre Algérie-Roumanie (2-1) à Genève. / © FABRICE COFFRINI / AFP

L'Algérie débute sa coupe du monde au Brésil aujourd'hui face à la Belgique d'Eden Hazard. Le dernier but marqué dans un Mondial par un algérien remonte à 1986. Pour réitérer l'exploit, l'Algérie compte sur ses jeunes, dont Sofiane Feghouili, n°10, ancien du Grenoble Foot 38.

Par Mickael Guiho

L'Algérie ouvre son Mondial mardi contre la Belgique. Pour succéder à Djamel Zidane, dernier buteur algérien lors d'un Mondial (1-1 contre l'Irlande du Nord en 1986, en poule), les Fennecs comptent sur leur jeunesse. "Le groupe manque d'expérience, concède Kourichi. Mais on a une arme importante: la vitesse et la percussion. Et quand on a l'envie, l'insouciance et le talent, tout est permis".

Islam Slimani, l'attaquant du Sporting Portugal, veut ainsi assurer la succession. Mais aussi Sofiane Feghouli, 24 ans, né à Paris, révélé au Valence FC, et entre les deux, passé par Grenoble.

Le milieu offensif s'est formé en Isère, au GF38. Junior de 2004 à 2007, il passe ensuite professionnel. Il progresse et se fait remarquer pendant deux saisons. La troisième, est gâchée par une blessure (qui l'empêche de jouer plus de cinq match) et la relégation de l'équipe. Il est alors vendu au Valence FC. Là-bas, il devra attendre plus d'un an avant de pouvoir s'imposer dans l'effectif comme titulaire. En 2012, il marque même trois buts en Ligue de Champions dont un face au Bayern de Munich.

Renouer avec l'Histoire


Alors qu'elle n'a plus marqué un but en Coupe du monde depuis 28 ans, l'Algérie pourra, dans ce Mondial 2014 au Brésil, s'inspirer de son succès historique contre l'Allemagne en 1982 pour rêver d'exploit.

"A l'époque, on était un pays sous-développé qui rencontrait l'ogre allemand champion d'Europe. On nous promettait de prendre 5 ou 6-0 et qu'on allait être mangés par cette puissance allemande où il y avait de grands noms comme Rummenigge, Stielike ou Hrubesch", raconte Noredine Kourichi, protagoniste de l'une des plus belles pages de l'histoire d'un football algérien qui ne commença à disputer les éliminatoires de la Coupe du monde qu'en 1970.

Alors aux Girondins de Bordeaux, le grand arrière central (1,92 m), aujourd'hui sélectionneur adjoint, est titulaire dans le onze algérien qui, ce 16 juin 1982 à Gijon, domine la RFA grâce à deux buts de Rabah Madjer et Lakhdar Belloumi. L'Algérie est cependant éliminée à l'issue du match "de la honte" entre l'Autriche et l'Allemagne. "Ce jour-là c'est la qualité technique qui a fait la différence sur la puissance de l'Allemagne. On s'était préparé un peu comme aujourd'hui, dans la sérénité avec un groupe peu expérimenté", ajoute Kourichi.

Depuis lors, l'Algérie a disputé deux autres Coupes du monde, en 1986 au Mexique puis en 2010 en Afrique du Sud où son parcours a été très médiocre (aucun but, un seul point avec un 0-0 contre l'Angleterre). 

"Réaliser trois exploits"


Pour le défenseur de Watford (D2 anglaise), Essaïd Belkalem, 25 ans, formé à la JS Kabylie, "d'accord pour dire que la Belgique est une bonne équipe mais pas d'accord
pour dire qu'elle est favorite". "Il suffit de regarder l'Espagne qui est championne du monde en titre. Elle était favorite et elle a pris une raclée contre les Pays-Bas. La Belgique est une bonne équipe mais on a la volonté et la compétence pour faire face", ajoute-t-il.

Dans un groupe très huppé où l'Algérie rencontrera aussi la Russie et la Corée du Sud, l'équipe de Vahid Halilhodzic pourra s'appuyer sur des matches de préparation "qui ont apporté des satisfactions", selon Kourichi, notamment une victoire (2-1) sur la Roumanie.

Reste que se dresse mardi sur sa route le grand épouvantail du groupe, qui compte dans ses rangs un certain Hazard.

"Si on se focalise sur Eden Hazard, on risque d'avoir de mauvaises surprises, prévient pourtant Kourichi. On connaît ses qualités et aussi ses points faibles, mais il ne faut surtout pas se focaliser sur lui, il y en a d'autres, comme Lukaku". L'entraîneur adjoint l'assure: "On n'a pas mis en place de plan spécial pour contrer Hazard. On peut très bien marquer et bloquer un joueur adverse avec une stratégie qui est la nôtre".

Après l'échec sud-africain, l'Algérie sera très attendue par tout un peuple. Kourichi le promet: "Le premier match est primordial mais on sait qu'on est en confiance et prêt à réaliser trois exploits".

Sur le même sujet

RUGBY. Le HAKA des joueuses des néo zélandaises

Les + Lus