Covid-19 : la mythique raclette des Alpes fait fureur pendant le confinement et pourrait friser la rupture de stock

Son succès n'est certes pas une surprise en hiver. Ce qui est en revanche exceptionnel, c'est l'engouement qu'elle suscite en ces temps de pandémie. Ses ventes ont doublé au premier confinement. Elles ont triplé depuis le début du reconfinement, et chez les producteurs, les réserves s'amenuisent.

Eric Mainbourg,  Gérant des Caves d'Affinage de Savoie, évoque un risque de pénurie pour les fromages à raclette de spécialité
Eric Mainbourg, Gérant des Caves d'Affinage de Savoie, évoque un risque de pénurie pour les fromages à raclette de spécialité © Grégory Lespinasse France 3 Alpes
C'est un emblème, un patrimoine, une recette typique et incontournable. C'est bien simple, qui n'a jamais dégusté une raclette ne connaît pas les Alpes...

La raclette a toujours du succès en cette saison, mais chez les fromagers, comme à la laiterie Gibert, à Grenoble, on n'en revient pas : en cette période de covid-19, jamais on n'a autant vendu de fromage à raclette. Au premier confinement, les ventes avaient doublé, par rapport à la même période de l'année dernière : " C'est normal en hiver", remarque Bruno Rascle "mais à ce point, je n'ai jamais vu ça ! Depuis le début du re-confinement, la tendance s'accentue, alors qu'il ne fait pas si froid en plus".
 
Dans la boutique de la laiterie Gibert à Grenoble, comme chez les autres fromagers, les ventes de fromages à raclette sont montées en flèche
Dans la boutique de la laiterie Gibert à Grenoble, comme chez les autres fromagers, les ventes de fromages à raclette sont montées en flèche © Grégory Lespinasse . France 3 Alpes

Le fromager n'a pas vraiment d'explication. Il sait seulement qu'il s'est très vite adapté à la demande, en augmentant ses stocks, et en vendant en outre des appareils spéciaux "raclette et confinement", plus pratiques, plus petits, pour se régaler à deux, ou à quatre. 

Il a aussi imaginé des formules, et propose des plateaux de fromages variés, mariant des goûts différents, qui partent... comme des petits pains.

La raclette manifestement a des vertus réconfortantes, en ces temps pénibles de confinement.

 

"Les spécialités en risque de rupture de stock"


Tout là-haut en altitude, dans les Caves d'Affinage de Savoie, Eric Mainbourg fait le tour de ses fromages à l'affinage. Il préfère parler de "risque de pénurie" plutôt que de pénurie : "Nous sommes à peine au début de l'hiver, et je n'ai déjà plus de spécialités, comme le fromage à l'ail des ours, ou au chèvre. Ce sont des types de fromages de plus en plus recherchés par les amateurs qui n'ont pas envie d'une seule raclette nature". Mais il tient à rassurer : "on devrait avoir des réserves suffisantes pour la raclette traditionnelle, mais elles s'amenuisent".
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 confinement économie