Covid : l'efficacité des purificateurs d'air contre le SARS-CoV-2 validée par une étude lyonnaise

Laurent Wauquiez, président LR d'Auvergne-Rhône-Alpes, était en visite ce lundi matin 15 mars 2021, au Lyonbiopôle, pôle de compétitivité mondial axé sur la lutte contre les maladies infectieuses et les cancers pour la conclusion de l'étude réalisée sur l'efficacité des purificateurs d’air.

Des purificateurs d'air déployés dans les écoles et les lycées. Une initiative de la région Auvergne Rhône-Alpes lancée à l'automne dernier
Des purificateurs d'air déployés dans les écoles et les lycées. Une initiative de la région Auvergne Rhône-Alpes lancée à l'automne dernier © France tv

En visite au Lyonbiopôle dans le cadre de la remise des conclusions d'une étude sur les purificateurs d’air, le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a réclamé ce lundi 15 mars 2021 la généralisation de l'installation de purificateurs d'air dans les salles de classe. Cette demande fait suite à une initiative de la région validée par une étude scientifique indépendante. Cette étude d'efficacité a été menée en un temps record, grâce à l'association de plusieurs laboratoires lyonnais publics et privés.
.

Une étude commandée par la Région

"On a été la première région a équiper nos écoles, nos lycées en purificateurs d'air. Notre conviction, c'est que purifier l'air, c'était la meilleure façon de lutter contre le Covid mais on voulait avoir une étude scientifique.(...) On a décidé dans notre région de faire nous -même une étude scientifique dont on vient d'avoir les résultats et c'est une première Européenne. Elle nous dit que les purificateurs d'air, ça marche", a indiqué Laurent Wauquiez. "Elle nous dit qu'à 99,9%, ça permet de supprimer la présence du Covid à l'intérieur d'un espace donné et (l'étude) nous dit qu'une fois qu'une fois le virus piégé à l'intérieur de l'appareil de filtration d'air, il ne ressort pas et au bout de 48 heures, il dépérit", précise le président de région. 

Cette étude d'efficacité a été menée par le laboratoire lyonnais Virpath et sa division VirNext dans un laboratoire de haute sécurité (P3) du pôle de compétitivité sur les maladies infectieuses Lyonbiopôle. Le laboratoire Virpath est codirigé par le Docteur Manuel Rosa-Calatrava et le Professeur Bruno Lina, un des conseillers scientifiques du gouvernement dans sa lutte contre l'épidémie de Covid-19. Durant deux mois, les appareils ont été testés dans des caissons hermétiques. 

Laurent Wauquiez Le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes était ce lundi matin (15/3/21) dans les laboratoires de LyonBioPôle où des chercheurs viennent d'effectuer une étude sur l'efficacité des purificateurs d'air contre le virus du Covid. L'étude a été financée par la Région à hauteur de 184 000 euros
Laurent Wauquiez Le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes était ce lundi matin (15/3/21) dans les laboratoires de LyonBioPôle où des chercheurs viennent d'effectuer une étude sur l'efficacité des purificateurs d'air contre le virus du Covid. L'étude a été financée par la Région à hauteur de 184 000 euros © France tv

99% des virus du Covid19 capturés

L’étude réalisée par le laboratoire Virpath avait donc un double objectif : mesurer l’efficacité des filtres hautes performances de type HEPA sur le piégeage des particules du Covid-19 dans l’air ; mesurer la durée de survie des particules du Covid-19 une fois piégées par le filtre HEPA.

Selon cette étude, les purificateurs d'air équipés de filtres HEPA capturent plus de 99% des virus du Covid-19Une fois piégées, les particules Covid deviennent inertes au bout de 48 heures, ce qui facilite la maintenance des appareils, a également déterminé l'étude rendue publique par la région ce lundi.

On a une nouvelle arme pour lutter contre le Covid. C'est un extraordinaire message d'espoir pour tout le monde.

Laurent Wauquiez, président LR Région Auvergne Rhône-Alpes

Purificateurs d'air dans les écoles et les lycées : un budget de 10 millions d'euros

En octobre 2020, Laurent Wauquiez avait mobilisé 10 millions d'euros pour installer des purificateurs d'air dans les écoles et lycées d'Auvergne-Rhône-Alpes. Sur cette enveloppe, 3,4 millions d'euros ont été consommés à ce jour, permettant de financer près de 2.400 appareils. Convaincu de la pertinence de sa stratégie pour éviter une extension de l'épidémie via les salles de classe, le président de la Région a dégagé 184.000 euros pour financer cette étude

"En novembre, décembre, on a fait cette proposition d'expérimenter les purificateurs et aujourd'hui, on est en plein déploiement. On est à 2.500 purificateurs déjà déployés, dont 2.000 dans les lycées"

Béatrice Berthoux, vice-présidente de la région, en charge des lycées

"Ce sont les lycées publics, les lycées privés qui peuvent en bénéficier et les écoles par le biais des communes", a-t-elle précisé.  Où sont précisément installés ces appareils ? "Aujourd'hui on a visé les restaurants scolaires. C'est l'endroit le plus délicat pour les jeunes puisqu'ils enlèvent le masque pour manger et qu'ils sont assez nombreux", explique la vice-présidente. Pour l'heure 350 lycées, des 560 que compte la région, ont déjà bénéficié des purificateurs. 

Des purificateurs d'air déployés dans les écoles et lycées de la région Auvergne Rhône-Alpes. Ces appareils qui piègent les particules sont notamment déployés dans les restaurants scolaires - 15/3/21
Des purificateurs d'air déployés dans les écoles et lycées de la région Auvergne Rhône-Alpes. Ces appareils qui piègent les particules sont notamment déployés dans les restaurants scolaires - 15/3/21 © France tv

Ainsi, à Saint-Priest, au lycée professionnel Fernand Forest, ce sont dix épurateurs d'air qui sont déployés régulièrement dans le réfectoire, en fonction du passage et du volume de la pièce. "Ils sont mis en fonction avant les services de restauration et restent en fonction après. Ils viennent en complément d'une aération existante de la pièce et d'une ventilation extérieure", explique Alain Undersée, proviseur de ce lycée de la banlieue de Lyon.

Mais si ces appareils sont efficaces pour réduire le risque de contamination dans un endroit clos, en dehors des repas, les gestes barrières et le port du masque restent de rigueur. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région auvergne-rhône-alpes politique covid-19 santé société