Défi Mode, le plan de sauvegarde de l'emploi présenté aux salariés du site de Brioude

L'enseigne de vêtements Défi Mode envisage de fermer 22 magasins sur 106 et de supprimer 123 postes sur 450 en France. Cinquante de ces emplois menacés se trouvent à Brioude, en Haute-Loire, où sont localisés le siège social et la plateforme logistique. Un coup dur pour l'économie locale.

Par Cyrille Genet

Au siège social de l’entreprise, 21 des 51 postes vont disparaitre et sur la plateforme logistique la direction envisage de supprimer 29 des 50 emplois. Le plan de sauvegarde de l’emploi a été présenté sur place ce matin aux salariés et les négociations débuteront le 3 juin prochain.

"Les négociations vont être basées sur les congés de reclassement et les reclassements internes des salariés". Christel Delherme, déléguée syndicale CGT Défi Mode, espère "pouvoir négocier des conditions favorables en cas de licenciements économiques".

Pour le co-fondateur de Défi Mode Dominique Montel, qui a  vendu son entreprise au groupe Vivarte (André, Besson chaussures, Chevignon, La Halle, Naf-Naf…) en 2008, c’est un véritable gâchis. A l’époque la société et ses 200 magasins étaient en bonne santé, avant une chute du chiffre d’affaires de 50% en 2011."Le groupe a démonté ce que nous avions construit et n’a pas fait forcément un choix sur les bonnes stratégies" estime Dominique Montel.

La direction de Vivarte avance qu’il était indispensable de fermer les 22 magasins en France qui plombaient les comptes (-54 millions d’euros en 2014) et affiche la volonté de reclasser un maximum de salariés, notamment dans les autres enseignes du groupe.

Plan social à Défi Mode
Intervenants: Christel Delherm, déléguée syndicale CGT Défi Mode; Dominique Montel, co-fondateur de Défi Mode. Reportage: Céline Pauilhac et Claude Fallas.

 

Sur le même sujet

Les + Lus