Drôme : quand l'aromathérapie donne une seconde vie aux déchets forestiers

Publié le
Écrit par Ana K

L'entretien des forêts génère des déchets forestiers importants. Dans la Drôme, un entrepreneur a choisi de les valoriser. Longtemps négligées, les branches coupées des résineux sont désormais utilisées pour la fabrication d'hydrolats, d'huiles essentielles et même pour du bois de chauffage.

C'est de saison! A l'automne, l'entretien des forêts implique des coupes forestières. Bien sûr, les troncs constituent la partie la plus noble de ces coupes et seront soigneusement triés. Les branchages des résineux, les aiguilles, sont récupérées grâce à un engin de débardage. Ces éléments, qui étaient auparavant laissés sur place, vont être broyés et envoyés à la distillerie.

Nicolas Blaser, Co-fondateur d'ENEA sens, société spécialisée dans les essences alpines, affirme que ces branches et épines ne méritent pas d'être simplement abandonnées. "Ce n’est pas un déchet, loin de là. Avec mon associé actuel, qui est pharmacien, on a compris qu’il y avait une valorisation autre que laisser ses branches et ses aiguilles au sol. On a cherché, en faisant différentes phases d’expérimentation, comment les valoriser."

Le broyat obtenu des branches et épines va être utilisé pour l'aromathérapie. Alain Aubanel est gérant de la distillerie des 4 vallées, située à quelques kilomètres de la parcelle coupée. C'est dans ses locaux que la matière broyée va devenir un élixir précieux. "Là, avec un tas comme ça on va faire entre 30 et 40 kilos d’huile essentielle" explique Alain Aubanel.

Un circuit de valorisation local garantit zéro déchet

"Nous on a l’habitude de faire de la lavande, c’est deux mois dans l’année. Les résineux, c'est bonne heure au printemps et tard à l’automne donc ça augmente notre période de distillation. Ce qui est très intéressant pour nous, c’est que ça nous permet de faire de nouvelles variétés et d’aller sur de nouvelles huiles essentielles où on apprend plein de choses. Quand on a commencé à faire des huiles de résineux, je suis retourné à l’école pour savoir comment ça se distillait et tout ce que l’on pouvait en faire."

Une fois séché après distillation le broyat servira aux chaufferies collectives. Une tonne de ce résidu permet de chauffer une personne pendant un an.

Pas question pour autant de défricher sans réfléchir. Afin de préserver la nature, seules 15 % des branches coupées sont prélevées. Le reste alimentera l'humus pour ne pas perturber l'écosystème forestier.        

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité