Départementales : un binôme élu dans la Drôme à l'issue du 1er tour et une droite renforcée

La Drôme a basculé à droite en 2015. Au 1er tour des départementales de 2021, la droite sort renforcée du scrutin. Elle devrait conforter son emprise sur l'assemblée départementale, au grand dam de la gauche partie unie pour tenter de reprendre l'avantage. Un binôme a été élu dimanche soir.

Les électeurs drômois votent les 20 et 27 juin pour élire leurs 38 conseillers départementaux.
Les électeurs drômois votent les 20 et 27 juin pour élire leurs 38 conseillers départementaux. © Google street view

En raison d'une abstention massive, seul un binôme est élu dans la Drôme, il y aura donc des duels sur les 18 autres cantons le 27 juin prochain. Pas de triangulaires et encore moins de quadrangulaires. En 2015, les électeurs avaient dû se prononcer au 2nd tour sur 7 triangulaires dans le département.

L'unique binôme est élu dans le Diois : Bernard Buis se félicite

Les deux seuls candidats élus à l'issue du premier tour des élections départementales se trouvent dans le canton rural du Diois, le plus étendu du département. Ce sont les sortants Bernard Buis, sénateur LREM, et Martine Charmet. Ils sont réélus avec 59,13% des voix, soit 3093 bulletins. Le binôme parvient à rassembler à peine plus de 25% du nombre d'inscrits. Dans le Diois, les électeurs avaient le choix entre trois binômes, dont un binôme d'union de la Gauche et un binôme LFI. Bernard Buis n'a cependant pas été surpris par cette réélection : "j'ai été très heureux et très fier d'être réélu dés le premier tour. C'était quelque chose que je voulais faire," a-t-il confié au micro de France Bleu Drôme Ardèche ce lundi matin, 21 juin. 

Je l'espérais, je le souhaitais. Je voulais être réélu dans la même configuration et c'est pour cela que je m'étais représenté avec Martine Charmet.

Bernard Buis, sénateur LREM, (sur France Bleu)

Bernard Buis est revenu sur les raisons de ce succès :"On avait été élu avec Martine Charmet, et mon suppléant Alain Matheron, il y a six ans sur ce grand canton du Diois. Je pense que nous avons fait campagne non pendant trois semaines mais pendant six ans. Nous avons labouré le terrain. Nous avons été les facilitateurs sur ce territoire. Je pense que les gens ont apprécié ce qu'on a fait". C'est une reconnaissance du travail effectué sur le terrain, selon le parlementaire.

Une abstention massive... le Diois, relativement "bon élève"

L'abstention a été massive dans la Drôme avec un pourcentage général sur les 19 cantons de 65,9%. C'est dans le canton de Bourg-de-Péage qu'elle a été la plus forte avec 71,04%. Elle également dépassé les 70% dans trois autres cantons (Romans/Isère, Valence 4 et Montélimar 1). Concernant le second tour, la grande inconnue de ces élections départementales reste le taux de participation. Les électeurs vont-ils se mobiliser pour se rendre aux urnes ? En 2015, au premier tour, l'abstention avait atteint les 46,96% sur l'ensemble du département de la Drôme.

Face à cette abstention massive, Bernard Buis n'a pas caché sa déception. Même si c'est bel et bien dans le Diois que l'abstention a été la plus faible du département, à hauteur de 53,83%. Le sénateur se félicite de cette participation du canton, "celui qui a le plus participé" dans le département avec 46%. "On a peut-être trop éloigné les politiques de nos concitoyens," a avancé Bernard Buis, toujours sur France Bleu. En cause, le nouveau découpage et le manque de connaissance du rôle du département. Comment enrayer le phénomène ? Il faut selon l'élu, "se réapproprier le terrain" mais aussi faire un "travail d'éducation" auprès des plus jeunes.

La prime aux sortants

Au soir du premier tour des départementales, la droite arrive en tête dans une majorité de cantons drômois et peut l'espérer l'emporter dans dix d'entre eux. Elle bénéficie de la prime à la majorité sortante notamment dans le canton du Tricastin, celui de la présidente sortante LR; dans le canton de Vercors-Monts du Matin (le binôme Morin - Zammit Hermer part favori). A Valence 3, le binôme Geneviève Girard et Franck Soulignac est largement en tête (61,49%).

"Il s'agit du meilleur résultat obtenu dans la Drôme par un binôme qualifié au 2nd tour", indique le binôme de droite sur sa page Facebook. Et les candidats précisent :"oui, il y aura bien un second tour, la participation n'ayant pas été suffisante pour que l’élection soit acquise dès ce soir. Rien n'est donc joué".

Parmi les binômes LREM en lice dans la Drôme, qui est encore dans la course? Dans le canton de Valence 2, le binôme Pascal Pertusa (sortant) - Maud Raison est en ballottage défavorable. A Montélimar 1, le sortant Karim Oumeddour (et Emeline Mejuukaj-Mathieu) est en ballottage favorable avec 38,32% des voix. A Bourg-de-Péage, Pierre Pienik et la sortante Anna Place est également en ballottage favorable (38,26%). Peut-on parler de prime aux sortants? Bernard Buis en est convaincu.

La gauche ne compte que trois cantons en ballottage favorable : à Crest, à Saint-Vallier et à Nyons et Baronnies où le binôme socialiste Pierre Combes - Pascale Rochas, candidat à sa réélection sera difficile à déloger dans le canton de Nyons et Baronnies. Il est crédité de 54,25% des suffrages, à 20 points devant le binôme de droite.

L'effondrement du RN

En 2015, le parti de Marine Le Pen, le FN (devenu RN) avait envoyé des candidats dans les 19 cantons de la Drôme et avait largement joué les trouble-fête. Une présence du parti frontiste qui avait notamment donné lieu à 7 triangulaires au 2e tour (Dieulefit, Drôme des collines, Montélimar 2, Nyons et Baronnies, Romans/Isère, Valence 2, Vercors - Monts du matin).

Six ans plus tard, le Rassemblement National est absent de plusieurs secteurs : il a présenté des binômes dans 11 des 19 cantons. Il est à la peine avec trois binômes maintenus au 2e tour dans ce département. Ce sont les cantons de Saint-Vallier, du Tricastin et de Montélimar 1. Dans ces trois cantons, les binômes RN se retrouvent en difficulté face à des sortants donnés largement favoris. 

Ainsi, à Saint-Vallier, le binôme socialiste sortant (Patricia Boidin - Pierre Jouvet) a recueilli 54,55% des voix, soit 3246 bulletins. Le RN de Christiane Cuomo et Hubert Fontaine est loin derrière avec un score de 16,13% et 960 voix. Une différence de plus de 2280 bulletins. 

Face à la présidente LR sortante Marie-Pierre Mouton et son binôme Fabien Limonta, le duo RN (Danielle Chevet et Bernard Gachet) ne partent pas favoris dans le canton du Tricastin. Ces derniers ont rassemblés deux fois moins de bulletins. Le binôme sortant est crédité de 3.672 voix, contre 1831 en faveur du RN. Par rapport au 1er tour de 2015, le binôme RN (ex-FN) s'est affaibli : il avait à l'époque recueilli 4.079 voix et talonnait le binôme Mouton-Limonta (4.454 voix). Dans ce canton, l'abstention a bondi de 20 points pour le 1er tour : 47,22 % en 2015 contre 67,94% en 2021. Une abstention qui a profité aux sortants. 

Dans le canton du Tricastin, le binôme LR Mouton - Limonta affronte le binôme RN Chevet - Gachet
Dans le canton du Tricastin, le binôme LR Mouton - Limonta affronte le binôme RN Chevet - Gachet © France tv

En 2015, à la sortie du 1er tour, le poids du FN était plus important : le parti Frontiste sur l'ensemble du département représentait la 2e force politique avec 49.940 voix; derrière l'Union de la Droite (56.999 voix). Le FN devançait même le Parti Socialiste à la tête de la Drôme jusqu'en 2015. (46.340 voix pour le 1er tour).

Six ans plus tard, les chiffres du RN se dégonglent sensiblement dans la Drôme, notamment en raison de la très forte abstention qui a marqué ce premier tour. Les binômes RN ont récolté 13.107 voix; contre 23.462 pour les binômes divers droite et 17.787 pour l'union de la gauche. 

Enfin, dans le canton de Montélimar 1, le binôme RN est encore une fois en ballottage défavorable, mais l'écart avec le binôme de droite Oumeddour - Lehukaj-Mathieu est moins important (moins de 700 bulletins). Dans ce canton, six binômes étaient en lice. Dans ce canton, l'abstention a grimpé à 70,7%. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections les républicains la république en marche parti socialiste parti communiste europe écologie les verts société