Drôme - L'ASN autorise le redémarrage de la centrale nucléaire du Tricastin

© Max PPP
© Max PPP

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé ce mardi 5 décembre avoir autorisé EDF à redémarrer la centrale du Tricastin après la réalisation de travaux pour renforcer la digue  du canal de Donzère-Mondragon qu'elle jugeait trop fragile au nord de l'installation.

Par DM (avec AFP)

Les quatre réacteurs de 900 MW chacun avaient été mis provisoirement à l'arrêt à la suite d'une demande de l'ASN à ce sujet fin septembre. "Le 27 septembre 2017, l’ASN avait imposé la mise à l’arrêt provisoire de la centrale nucléaire du Tricastin du fait d’un risque de rupture d’une portion de 400 mètres de la digue de Donzère-Mondragon en cas de séisme." 

Le redémarrage autorisé par l'ASN


"L'ASN considère que l'état de la digue, après les investigations et les réparations menées par EDF, permet le redémarrage des réacteurs d'EDF et a donné son accord pour le redémarrage des réacteurs 2, 3 et 4", précise le gendarme du nucléaire dans un communiqué du 5 décembre.

Le réacteur 1 reste à l'arrêt, EDF devant y réaliser des actions de maintenance jusqu'à la fin de l'année.

La date de remise en service de la centrale, initialement prévue début novembre, avait été repoussée à plusieurs reprises. A la suite du premier report, EDF avait été contraint de revoir à la baisse son objectif de production nucléaire et ses objectifs financiers pour l'année.

Selon le calendrier fourni par EDF au gestionnaire du réseau RTE, le réacteur Tricastin 2 doit redémarrer mercredi.
"On attendait le feu vert de l'autorité de sûreté, que l'on a obtenu hier soir", a commenté Dominique Minière, directeur du parc nucléaire et thermique d'EDF. "On a une idée assez claire des travaux complémentaires qu'il faut faire", a-t-il ajouté, en marge d'un colloque à Paris.

L'ASN évoque en effet "dans certaines conditions, des risques de glissements locaux qui, sans remettre en cause la stabilité de la digue, rendraient nécessaire la réalisation de travaux après la survenue d'un séisme". "EDF a de ce fait prépositionné des moyens matériels à proximité de la digue afin d'être en mesure de réaliser les travaux nécessaires au traitement des glissements qui seraient éventuellement constatés après un séisme", indique-t-elle.

EDF prévoit aussi de procéder à un nouveau renforcement de la digue afin qu'elle résiste à un séisme extrême.
Ce redémarrage de la centrale du Tricastin permet à EDF d'aborder le pic hivernal de consommation d'électricité avec un plus grand nombre de réacteurs nucléaires opérationnels que l'an dernier (seuls 4 ou devraient être indisponibles contre neuf l'année dernière). "On aura un passage janvier-février nettement meilleur que les années précédentes" en terme de disponibilité du parc nucléaire français, s'est félicité Dominique Minière.

Sur le même sujet

Tain l'Hermitage : le chef Chikara Yoshitomi, champion du monde pâté-croûte

Près de chez vous

Les + Lus