Drôme: une camionnette solidaire récupère les produits bios invendus, pour lutter contre le gaspillage alimentaire

La "Conserverie mobile et solidaire" veut lutte contre le gaspillage alimentaire
La "Conserverie mobile et solidaire" veut lutte contre le gaspillage alimentaire

C'est une initiative unique en France: une camionnette aménagée en "conserverie mobile et solidaire" récupère des légumes bio et locaux invendus, pour les transformer sur place, avant d'être distribués dans les maisons de quartiers de Romans (Drôme).

Par Renaud Gardette

Le projet de la "Conserverie mobile et solidaire" est né de la réflexion d’un collectif d’une vingtaine d’habitants de la maison de quartier des Ors suite à l’arrêt de la cuisine centrale de Romans en avril 2014.

Non satisfait par les plateaux repas sous vide livrés en remplacement, le centre de loisirs des Ors, sous l’impulsion de son directeur de l’époque (Jean-Marc Reverbel), imagine une alternative pour permettre aux enfants de manger mieux, c'est-à-dire bon, bio, et local.

Pour échapper à une réglementation particulièrement contraignante en matière de restauration scolaire, l’idée de départ est celle d’un camion cuisine situé à l’extérieur de l’établissement et alimenté par les dons des producteurs locaux de fruits et légumes.

Petit à petit, l’idée germe dans l’esprit des habitants et salariés des centres sociaux de la ville. Jusqu’en 2016 où la collaboration des maisons de quartier Saint Nicolas, des Ors et Noël Guichard, permet une mutualisation des moyens.

Les premières "randos cueillettes" voient le jour au printemps 2017: les habitants volontaires se rendent chez les producteurs locaux partenaires pour ramasser les fruits et légumes invendus, et qui étaient destinés à enrichir le compost uniquement. La deuxième étape est celle de la transformation à l’aide de stérilisateurs dans le but d’une mise en conserve. 

Près de 300 pots ont ainsi été cuisinés, prêts à être stockés.

Le 03 octobre 2018, le camion-cuisine-laboratoire est arrivé, changeant radicalement l'ampleur du projet.
 

Des urbains transportés à la campagne


L'idée est de promouvoir le bien manger sans se ruiner, et sans ruiner la planète. Un des partenaires, le jardin d'insertion "Graine de cocagne", met ainsi à disposition des dizaines de kilos de légumes bios invendus.  

Le reportage de Christian Conxicoeur, Stéphane Hyvon, et Valérie Bonnier
 
La camionnette solidaire permet de transformer sur place les légumes, moches ou invendus
Avec: Solen Bourgeat, Directrice de Graine de Cocagne; Djouhra Medjahed-Amghar, Médiatrice Centre social La Monnaie Romans-sur-Isère; Dany et Fatima.


Les adhérents vont ainsi apprendre à transformer des légumes en condiments, avec bien sûr des ustensiles propres, une hygiène scrupuleuse, et le couteau qu'il faut dompter.  

Après cette préparation, il reste la cuisson, puis la distribution: cette partie là se passe dans les maisons de quartier.
 
La "conserverie mobile et solidaire" est une initiative peut-être appelée à un avenir national, puisque la Croix Rouge française s'intéresse de près au projet drômois. 



 

Sur le même sujet

Battue sangliers 100% féminine

Les + Lus