Tricastin : EDF reconnaît un risque en cas de tremblement de terre

EDF a identifié  un « risque » à la centrale nucléaire du Tricastin, située à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme). Dans le cas de séismes, plusieurs autres centrales nucléaires françaises seraient dans une situation identique. 
 

Lors de la dernière visite décennale, les équipes d’EDF ont identifié un risque, en cas de séisme, d’interaction entre des armoires électriques
Lors de la dernière visite décennale, les équipes d’EDF ont identifié un risque, en cas de séisme, d’interaction entre des armoires électriques © PHILIPPE DESMAZES / AFP

«Tous les matériels concernés ont été liaisonnés (liés entre eux) sur le réacteur n°1 de Tricastin (4e visite décennale) dont certains donnent lieu à des défauts».

Ces derniers, indique EDF dans une note d’information du 21 février 2020, «ont fait l’objet de la déclaration d’un ESS local le 1er octobre 2019 au niveau 0 [sur 7] de l’échelle INES. Ce défaut a été remonté au niveau 1 à la fin de l’année dernière.
Lors de cette visite décennale, «des enquêtes menées par les équipes d’EDF ont permis d’identifier un risque, en cas de séisme, d’interaction entre des armoires électriques et des châssis de relayage», fait savoir l’électricien. 
En effet, poursuit-il dans cette note, «en cas de sollicitation sismique, ces éléments pourraient entrer en interaction du fait d’une distance réduite et d’une absence de liaison entre eux. Or, les codes de conception imposent lorsque la distance est réduite, de les lier entre eux afin de ne pas endommager les composants à l’intérieur.» 
 

EDF évoque des con-conformités sans conséquence 

L’analyse de cette situation par les services centraux EDF a mis en évidence des interactions possibles entre armoires et châssis de relayage de fournisseurs différents sur les paliers CP0 et CPY. Ces défauts de liaisonnement ont été corrigés, à Tricastin et dans d’autres centrales situées dans d’autres régions. Car ce problème ne s’est pas exclusivement posé dans la centrale rhodanienne.
Ainsi, EDF a constaté, après le lancement d’un programme de contrôles sur tous les réacteurs des paliers concernés, de non-conformités sur l’ensemble des réacteurs du palier CP0, autrement dit les plus anciens réacteurs en service, 31 réacteurs sur 58. «Des non-conformités sans conséquence sur la sûreté nucléaire», a tenu toutefois à préciser EDF.
De son côté, l'association Sortir du Nucléaire fait remarquer qu'en cas de séisme, des armoires électriques et des châssis de relayage se seraient donc entrechoqués, à cause de l’absence de liaisons entre eux. Ce qui aurait endommagé les équipements et compromis leur capacité à fonctionner correctement. Suffisamment pour s'inquiéter. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement