Tueries dans la Drôme et le Vaucluse : deux ans après, des hommages rendus aux victimes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Bail
Un gendarme devant le domicile à Montvendre où un couple a été tué le 26 décembre 2016
Un gendarme devant le domicile à Montvendre où un couple a été tué le 26 décembre 2016 © JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Deux ans qu'un homme a pris la vie de trois personnes dans leur sommeil, dans la Drôme. Pour rendre hommage aux victimes et rappeler que justice n'a toujours pas été rendue, un lâcher de ballons est organisé par les familles à Chabeuil tandis qu'un lâcher de lanternes est prévu à 18h à Montvendre.

Les proches de Bernard et Marie Thérèse Philibert, tués dans leur sommeil, organisent ce samedi, un lâcher de lanternes en l’honneur de leurs grands parents à Montvendre. Surtout, ils veulent réunir un maximum de personnes pour rappeler à la justice de ne pas les oublier. 
 

"On veut interpeller la justice, cela fait deux ans qu'on ne peut pas avancer. C'est hyper dur pour nous, pour faire notre deuil", confie Pauline, une des petites-filles du couple Philibert. 


Au moins 500 personnes ont acheté des lanternes pour soutenir les proches lors de cet hommage. Un lâcher de ballons est également organisé à Chabeuil par les petits enfants de Mme Guyon, l'autre victime du tueur. Les familles de la victime d'Orange sont également présents pour les deux rassemblements.
 


Il y a deux ans, au lendemain de Noël, Fissenou Sacko a tué trois personnes dans leur sommeil et faisait une autre victime dans le Vaucluse. L'homme de 23 ans à l'époque n'a pas été jugé pour ces faits car le collège d'experts a conclu à "l'abolition de son discernement".  En conséquence, l'homme ne peut être tenu responsable pénalement de ses actes. Les familles des victimes, éprouvées, ont demandé une nouvelle et troisième expertise. Deux ans après les faits, elles en attendent toujours les résultats.

"On vit un enfer", poursuit Pauline. Elle n'exclut pas, avec les autres familles, d'engager une nouvelle procédure judiciaire afin de déterminer si des manquements n'auraient pas eu lieu du côté des forces de l'ordre. Les proches rappellent "qu'il n'accusent personne" mais veulent faire le point sur tout ce qui s'est passé entre la descente du train de Fissenou Sacko à Valence-TGV et son "évasion" de l'hôpital de Valence.

L'année dernière, l'une des familles nous avait accordé un témoignage :
 
Fissenou Sacko a tué en l'espace de quelques heures le 26 décembre 2016, quatre personnes dans la Drôme ainsi que dans le Vaucluse. Il a poignardé Paulette Guyon, 79 ans, chez elle, à Chabeuil. Puis il s'était rendu en pleine nuit à Montvendre, chez Marie-Thérèse et Bernard Philibert, 75 ans.Vers 7h30 le lendemain, il a poignardé, sur le parking d'un supermarché à Orange, Daniel Duc. Il avait aussi frappé Renée Chevalier, 65 ans, avec une pierre. Cette dernière est décédée de ses blessures le 29 décembre.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.