Coupe du monde 2022 : un enfant de la Drôme devenu capitaine du Maroc, la fabuleuse histoire de Romain Saïss

Le capitaine de l'équipe du Maroc qui affrontera les Bleus en demi-finales de la Coupe du monde 2022, mercredi 14 décembre, est né dans la Drôme. Romain Saïss a commencé sa carrière de footballeur à Valence. Ceux qui l'ont côtoyé à l'époque se souviennent d'un gamin à gros potentiel et très travailleur.

Sur la pelouse du stade d'Al-Khor mercredi 14 décembre, pour la demi-finale entre la France et le Maroc, il y aura un trentenaire qui n'aurait jamais imaginé pouvoir, un jour, se retrouver dans le dernier carré de la Coupe du monde de football. Le Graal absolu dans une carrière. Le défenseur central est né à Bourg-de-Péage dans la Drôme et se retrouve aujourd'hui au cœur de la fabuleuse histoire d'une équipe marocaine que personne n'avait vu venir. Une belle surprise, un peu à l'image de toute son histoire avec le football. 

Il a appris le football dans la Drôme, pas en centre de formation

À 21 ans, Romain Saïss jouait encore en cinquième division française (CFA 2 à l'époque) à l'AS Valence. Comme il l'a raconté en 2017 au journal britannique The Guardian, à cet âge il savait que ses chances de faire une carrière professionnelle s'amenuisaient. "J'étais toujours concentré, même si quand tu es toujours chez les amateurs à 21 ans tu sais que tu as moins de chance de réussir. Mais je savais que d'autres joueurs avaient percé tard, comme Franck Ribéry, qui, comme moi, n'avait jamais été dans un centre de formation. Donc j'ai continué à travailler", raconte Romain Saïss, qui est aujourd'hui le capitaine de l'équipe nationale du Maroc (il aurait aussi pu être sélectionné par la France, mais le Maroc a été le premier à le solliciter), la première sélection africaine à atteindre une demi-finale de Coupe du monde. 

Quand tu es toujours chez les amateurs à 21 ans tu sais que tu as moins de chance de réussir. Mais je savais que d'autres joueurs avaient percé tard, comme Franck Ribéry, qui, comme moi, n'avait jamais été dans un centre de formation. Donc j'ai continué à travailler.

Romain Saïss, capitaine des Lions de l'Atlas

De Bourg-de-Péage à la Premier League 

Né en 1990 d'un père marocain et d'une mère française à Bourg-de-Péage dans la Drôme, Romain Saïss a joué une saison avec l'équipe première de l'AS Valence (un club qui a fait faillite en 2014). Il a ensuite rejoint Clermont Foot avec qui il a joué trois mois avec l'équipe réserve, avant d'exploser et de rejoindre le groupe professionnel en Ligue 2. Il a ensuite gravi les échelons un par un : le SCO Angers en Ligue 1, puis un départ pour le club anglais de Wolverhampton Wanderers, en deuxième division anglaise, avec qui il montera en Premier League (le plus prestigieux championnat du monde) deux ans plus tard lors de la saison 2018-2019. Il a rejoint en 2022 le club turc du Beşiktaş.

"Je lui avais dis, si tu dois faire une petite carrière ça sera à ce poste"

Fabien Mira

entraîneur de Romain Saïss à l'AS Valence

Mais revenons en arrière. Près d'une décennie plus tôt, Romain Saïss n'est qu'un joueur prometteur à l'AS Valence. "Je l'ai fait monter dans le groupe après une belle année qu'il avait fait avec les jeunes, avec notamment un beau parcours en Gambardella. Je l'avais fait monter dans le groupe, car il avait des qualités techniques. Il jouait alors ailier gauche. J'ai ensuite décidé de le descendre sur le terrain pour le mettre milieu défensif. Je sentais qu'il avait des qualités pour être plutôt face au jeu que dos au but adverse. Il s'est alors fait une place de titulaire au fil de la saison", raconte Fabien Mira, l'entraîneur de l'AS Valence à l'époque. 

Romain Saïss va même dépanner au poste de défenseur central quand les titulaires sont forfaits. Il n'aime pas évoluer si bas, mais son coach sent bien que c'est là qu'il peut le mieux déployer son gros potentiel physique. "Je lui avais dit, si tu dois faire une petite carrière ça sera à ce poste", s'amuse Fabien Mira. 

Il n'avait pas tort le coach. C'est en défense centrale qu'évolue Romain Saïss avec le Maroc, qui se repose avant tout sur sa solidité défensive pour tutoyer les sommets. Depuis l'entame du Mondial, les Lions de l'Atlas n'ont encaissé qu'un but. Et Romain Saïss y est pour beaucoup. 

Leader de la meilleure défense du Mondial

"C'était un garçon avec un gros potentiel. Ce qui a fait la différence, c'est sa faculté à être à l'écoute, à travailler, à s'adapter à l'exigence du groupe. Nous on l'a accompagné, mais après c'est sa persévérance qui a fait le reste", juge Sylvain Flauto, ancien capitaine de l'AS Valence et aujourd'hui coordinateur sportif du club FC Rhône Vallées en Régional 1. 

Sylvain Flauto se rappelle aussi du changement de positionnement de Romain Saïss, qui a eu tant d'influence sur la suite de sa carrière. "J'ai joué au milieu de terrain avec lui et puis il a reculé au fil du temps. Grâce à cela, il a optimisé toutes ses qualités", poursuit Sylvain Flauto. 

Ses anciens coéquipiers drômois espèrent maintenant -même s'ils supportent la France- que Romain Saïss sera remis sur pieds pour le choc face aux Bleus. Lors de la victoire face au Portugal en quarts de finale (1-0), le natif de Bourg-de-Péage est sorti du terrain à cause d'une blessure à la cuisse à la 55e minute de jeu.

Il est incertain pour le match face à la France, mais espère encore être revenu à temps. Tout le peuple marocain prie désormais pour que le capitaine des Lions de l'Atlas puisse disputer le match le plus important de l'histoire de la sélection nord-africaine. 

Dans la Drôme, les écrans télés seront allumés et les spectateurs auront un œil sur les Bleus et l'autre sur Romain Saïss.