Dans la Drôme, une très bonne année pour la truffe commence, mais les professionnels se montrent inquiets

Dans la Drôme, la période de la truffe vient de commencer avec de très bonnes récoltes, mais la crise du Covid-19 pourrait doucher les espoirs des trufficulteurs.
Dans la Drôme, la saison 2020 de la truffe s'annonce très bonne, mais les débouchés risquent d'être limités à cause du confinement et de la fermeture des restaurants notamment.
Dans la Drôme, la saison 2020 de la truffe s'annonce très bonne, mais les débouchés risquent d'être limités à cause du confinement et de la fermeture des restaurants notamment. © M. Redortier / FTV
Dans la Drôme, premier producteur du diamant noir avec 60% de la production française, il ne faut que quelques minutes à Pistou et son maître pour flairer le diamant noir, dans une parcelle située à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dimanche 6 décembre.

"L'année commence très très bien"

Le maître, c'est Sylvain Gauthier, trufficulteur.  Le sol regorge de truffes cette année : la melanosporum, variété reine, pousse en abondance après plusieurs récoltes faméliques. "Ça, c'est une truffe qui fera des heureux dans une omelette" nous dit-il en déterrant un joli spécimen gros comme un kiwi. "L'année commence très très bien. Cette année, je pense que tous les producteurs de la Drôme pourront ramasser des truffes, alors que l'an dernier très peu en avaient." L'année dernière, la canicule et la sécheresse avaient détruit "90% des truffes" selon le trufficulteur.

Une bonne majorité des truffes est déjà à maturité dans les lots récoltés, alors que la saison débute tout juste, grâce à de meilleures conditions météo. "C'est prometteur pour la saison" nous confirme Emilie Begagnon, une autre trufficultrice.

A qui vendre les truffes ?

Mais ces belles perspectives sont ternies par la crise sanitaire. Avec la fermeture des restaurants et la limitation des déplacements, toutes les truffes pourraient ne pas trouver preneur. Un dilemme que les producteurs tentent de résoudre avec des prix beaucoup plus accessibles, une bonne nouvelle donc pour les consommateurs.

Claude Paulin, Président du marché aux truffes de Saint-Paul-Trois-Châteaux, espère que les restaurateurs et les professionnels profiteront de cette belle récolte à venir pour mettre de côté les truffes avant la réouverture des restaurants en janvier : "Etant donné que la production est bonne, les cours devraient être moins élevés que les années précédentes.  La qualité et des cours moins élevés sont des conditions idéales pour s'approvisionner et remplir les congélateurs de truffes ! C'est le moment !"

Un prix divisé par deux cette année

En 2019, il fallait compter sur un prix au kilo jusqu'à 1.500 euros. Ce prix pourrait être divisé par deux cette année. Pour ceux qui en ont les moyens, la crise sanitaire pourrait donc être l'occasion de bonnes affaires dans les assiettes.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement patrimoine culture