Eric Dupont Moretti annonce des renforts pour la justice à Valence mais certains habitants ne savent pas comment protéger leurs enfants

Interpellé par le maire de Valence lors de l'émission politique "L'évènement" sur France 2, Eric Dupont Moretti, garde des Sceaux, a annoncé un renfort de moyens pour le tribunal de Valence, où les habitants alertent depuis plusieurs années sur l'insécurité au quotidien.

La Quotidienne des Régions
Tous les jours à 13h, notre rédaction vous réserve le meilleur de l'info régionale. Une sélection rien que pour vous, pour rester en lien avec vos régions.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "La Quotidienne des Régions". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Eric Dupont Moretti, le ministre de la Justice, a annoncé un renfort de moyens pour le tribunal de Valence (Drôme). Interrogé sur le plateau de l'émission politique l'Évènement présentée par Caroline Roux, il s'est engagé sur l'arrivée de 17 greffiers et 13 juges supplémentaires d'ici à 2027. 

En trois ans, les effectifs du tribunal atteindraient donc 74 greffiers et 43 magistrats. Le maire de Valence, Nicolas Dragon, également présent sur le plateau de France 2 a interpellé le ministre de la Justice sur les violences récurrentes au sein des quartiers prioritaires de sa commune. 

Valence est le théâtre de violences récurrentes, et de fusillades à l'arme lourde depuis trois ans. Trafics de drogue, rivalités entre quartiers et règlements de compte contribuent à un fort sentiment d'abandon des habitants qui alertent la municipalité, le rectorat, la préfecture et l'ensemble des autorités concernées depuis plusieurs mois. 

Le sentiment d'un engrenage dans lequel chacun se renvoie les responsabilités est très fort parmi les riverains des quartiers du Plan et de Fontbarlettes, théâtre de "scènes de guerre" selon des parents d'élèves. Des habitants sont directement menacés de mort et plusieurs d'entre eux ont déjà contacté France 3 en regrettant que leurs appels à la police ne puissent être entendus.

"Je ne sais pas quoi faire pour protéger mon fils" 

Récemment, une mère de famille dont le fils a été laissé pour mort sur un trottoir après une rixe faisait part de son désarroi : " Je ne sais pas quoi faire pour le protéger. Je ne vois qu'une seule solution, c'est partir. Au commissariat, on me dit qu'on ne peut pas le prendre en charge en tant que victime pour lui éviter de se faire tabasser. Faut-il qu'il devienne lui-même agresseur pour qu'on s'en préoccupe ?". 

Un climat d'impunité et une violence omniprésente se sont emparés de ces quartiers où certains collectifs ont fait le choix de briser le silence depuis plusieurs mois. Des menaces de morts aux abords d'une école, des appels à la violence et des vidéos de lynchages les ont poussés à lancer un appel au secours. 

Sur le plateau de France 2 le 08 février 2024, le maire de Valence, Nicolas Daragon, a déploré "un délinquant qui est arrêté à Valence est convoqué devant la justice en septembre et laissé libre. Il nous faut des services de police au quotidien. Nous n'avons que des effets de réaction de la part de l'État."

Une réponse plus rapide de la police et de la justice avec un renfort de moyens du tribunal fait partie des revendications des habitants. Mais de nombreux acteurs de terrain appellent à une prise en charge globale et pérenne de la situation afin de rétablir des conditions de vie normales pour les 13 000 habitants qui vivent dans les quartiers du Plan et de Fontbarlettes. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité