Pénurie de soignants : un Ehpad de la Drôme augmente les salaires pour réussir à recruter

Un salaire de 1.800 euros nets pour les aide-soignants, de 2.200 euros nets pour les infirmiers. La direction de l'Ehpad Les Monts du Matin a décidé d'augmenter les propositions de rémunération, afin de trouver des candidats à l'embauche. 

La direction de la résidence Les Monts du Matin à Bésayes dans la Drôme, n'arrive pas à recruter du personnel soignant. Dernier argument présenté : une hausse des salaires.
La direction de la résidence Les Monts du Matin à Bésayes dans la Drôme, n'arrive pas à recruter du personnel soignant. Dernier argument présenté : une hausse des salaires. © Guillaume Bonnefont/MaxPPP
Les trois agences d'intérim partenaires des Monts-du-Matin n'ont plus un seul candidat à proposer. Le directeur de l'Ehpad de Besayes, dans la Drôme, voudrait bien recruter du personnel soignant supplémentaire, mais voilà, il n'y arrive pas. Didier Meyrand mise désormais sur un nouvel argument pour convaincre : la hausse des salaires. La direction de l'établissement propose désormais un salaire de 1800 euros nets/mois au poste d'aide-soignant, et de 2.200 euros nets/mois à celui d'infirmier diplômé d'État.
 

Si quatre aide-soignants et trois infirmiers se présentent demain, je les signe immédiatement en CDI.

Didier Meyrand, directeur de la résidence Les Monts du Matin

Recrutement compliqué, depuis des années

Depuis la signature de sa Convention Pluri-Annuelle d'Objectifs et de Moyens en janvier 2018, l'établissement Les Monts du Matin a vu son budget "soins et dépendance" augmenter. "Un budget très confortable, permettant de recruter théoriquement 25 aides-soignants et 7 infirmiers". Mais faute de trouver preneurs, l'établissement a revu sa jauge à la baisse sur le nombre de postes, puis a décidé de revaloriser ces professions.

Le recrutement de personnel dans les Ehpad est compliqué depuis longtemps. "L'an passé, avant le Covid, sur 120.000 postes d'aides-soignants disponibles en France, 20.000 n'ont pas été pourvus", explique Didier Meyrand. Bien entendu, l'épidémie de Covid n'a rien arrangé. Le directeur de la résidence, qui compte 84 pensionnaires, se félicite de n'avoir enregistré aucun cas positif, ni parmi le personnel, ni parmi les résidents, depuis le début de l'épidémie. 
 

La petite citadelle des Monts du Matin va tenir encore combien de temps, sans que le Covid ne rentre ? On essaye d'anticiper les contaminations. La semaine dernière, nous avons eu des suspicions, mais nous n'avions pas les moyens de remplacer le personnel si les tests s'étaient avérés positifs.

Didier Meyrand, directeur de l'Ehpad Les Monts du Matin

Autres arguments pour séduire

La résidence Les Monts du Matin a ouvert ses portes en 2008, à Bésayes. À 12 minutes en voiture de la gare TGV de Valence, mais la commune, qui dépend de Valence Romans Agglo, n'est pas desservie par les transports en commun. L'agglomération propose certes un système de transport à la demande et réservation, mais sur des créneaux horaires pas toujours compatibles avec les prises ou fin de service des soignants. Didier Meyrand le reconnait, son établissement manque, du coup, de notoriété. Et "l'impact est énorme sur les candidatures".

Pourtant, des aménagements ont été réalisés pour inverser la tendance. "Nous sommes le premier Ehpad en Drôme-Ardèche a disposé de sa propre mini-crèche depuis l'an passé. Et nous prenons en charge 100% des frais de garde des enfants du personnel", prend en exemple le directeur. Réduction des amplitudes de travail, mise en place d'installations techniques pour aider aux soins de "nursing" (aide à la toilette, douche, etc)... Et pour affronter la deuxième vague Covid-19, la hausse des salaires.

La proposition de la direction de la résidence :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie