• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

CARTE. Fuyez la pollution lumineuse pour voir les étoiles

Pour profiter d'un beau spectacle cosmique, la nuit et l'absence de nuages ne suffisent pas : il vous faut également fuir la pollution lumineuse. / © C. Manso / AFP Photo
Pour profiter d'un beau spectacle cosmique, la nuit et l'absence de nuages ne suffisent pas : il vous faut également fuir la pollution lumineuse. / © C. Manso / AFP Photo

Partout en France, la soirée du vendredi 27 juillet offrira un show cosmique exceptionnel  : une éclipse de lune doublée d'une opposition de la planète Mars. Si vous souhaitez en profiter pour admirer les étoiles, il faudra trouver un lieu sans trop de pollution lumineuse.

Par Arthur Carpentier

Un spectacle exceptionnel attend la France entière dans la soirée du vendredi 27 juillet. La Lune prendra une teinte rougeâtre pendant plus d'une heure, tandis que Mars brillera d'un éclat jamais vu depuis 15 ans, à proximité de notre satellite naturel.
 

Et si vous en profitiez aussi pour regarder les étoiles ? Même si la star de la soirée sera bien notre astre nocturne, cela peut être une bonne occasion pour prêter attention aux figurants du firmament. D'autant plus que la Lune sera moins lumineuse que d'habitude, et ne vous éblouira pas tel un plein phare spatial.

Pour espérer distinguer le plus d'étoiles possibles, et peut-être même la Voie Lactée ou d'autres planètes, il y aura une condition : fuir la lumière des villes. L'éclairage urbain des grandes métropoles mais aussi des villages est un véritable fléau pour les amateurs d'observation nocturne. De nombreuses initiatives oeuvrent à la réduction de la pollution lumineuse, mais la situation n'aura guère évoluée le 27 juillet, en Auvergne comme dans le reste de la France. Et si l'obscurité ne vient pas à vous, il faudra aller à l'obscurité.
 


Pour ce faire, il existe des relevés de pollution lumineuse. L'association d'astronomie Avex réalise un important travail pour rendre ces informations accessibles, en créant et mettant régulièrement à jour ce type de carte. Les zones les plus polluées se teintent de rouge/rose/blanc, tandis que les plus épargnées figurent en bleu foncé, voire en noir.
La région parisienne est un bon exemple de l'échelle utilisée. En pleine ville, où la couleur est blanche, là où il ne fait jamais vraiment nuit, vous ne verrez qu'à peine 50 étoiles dans le ciel, et pas de planète. Plus vous vous éloignez du centre urbain, plus la pollution lumineuse diminuera, mais il faudra s'en écarter considérablement pour réellement trouver l'obscurité. Dans la zone verdâtre, qui recouvre les banlieues éloignées, 500 à 1000 étoiles sont visibles, et dans certaines conditions, la blanche poussière de la Voie Lactée pourra être aperçue. Et lorsque vous vous rapprochez du bleu foncé, à l'écart de tout éclairage artificiel, plusieurs milliers d'étoiles seront alors visibles, potentiellement plus de 5 000 dans les régions les plus préservées de France. Le sillon laiteux de notre galaxie, la Voie Lactée, se révèle alors dans toute sa splendeur. Pour plus d'informations, visitez le site d'Avex.
 

L'Auvergne s'en sort plutôt bien, puisque l'Ouest du Puy-de-Dôme et le Cantal comptent parmi les départements les plus chanceux de France pour l'observation nocturne, puisque trente minutes de trajet en voiture suffisent à trouver une belle obscurité. Dans l'Allier et la Haute-Loire, il sera plus difficile de profiter d'une aussi faible pollution lumineuse, mais certaines zones restent plus que convenables pour admirer les étoiles. Côte Rhone-Alpes, les conditions se dégradent considérablement, car des métropoles comme Lyon, Valence ou Grenoble polluent la nuit sur un important rayon.

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus