Elections régionales 2021: pourquoi les candidats de la droite et de la gauche n'osent pas afficher leurs couleurs

En regardant les affiches des candidats en Auvergne-Rhône-Alpes, vous remarquerez que Laurent Wauquiez n'affiche aucun logo et que Najat Vallaud-Belkacem adjoint celui du PS à une dizaine d'autres. Faire campagne sous l'étiquette Les Républicains ou Parti Socialiste ne fait plus recette.

Laurent Wauquiez (LR), Fabienne Grébert (EELV), Najat Vallaud-Belckacem (PS), Andréa Kotarac (RN) et Bruno Bonnell (LREM) sont tête de listes aux élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
Laurent Wauquiez (LR), Fabienne Grébert (EELV), Najat Vallaud-Belckacem (PS), Andréa Kotarac (RN) et Bruno Bonnell (LREM) sont tête de listes aux élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes

C'est un effet de la défiance d'une majorité de Français envers les partis politiques. Il y a encore seulement 10 ans, Les Républicains avaient l'un des leurs, Nicolas Sarkozy, locataire de l'Elysée. Lui succédait alors le candidat du Parti socialiste François Hollande en 2012. Aujourd'hui, à regarder les affiches des candidats de ces partis, aucun ne semble assumer parfaitement son appartenance.

Laurent Wauquiez "ne mentionne pas" et Najat Vallaud-Belkacem "noie le poisson"

Pour le politologue lyonnais Daniel Navrot, il ne fait aucun doute que les candidats cherchent à éclipser leurs familles politiques.

À la vue de l'affiche de Laurent Wauquiez, le politologue n'a aucune hésitation. "C'est le visage du chef, avec le fond mitterrandien de «La force tranquille», avec l'église et le village flouté en arrière-plan." Une composition picturale déjà utilisée par François Hollande en 2012. "Ce n'est pas innocent, il y a une volonté de dédroitiser l'image tout en montrant une église. C'est très habile d'un point de vue marketing" observe Daniel Navrot.

L'affiche de François Mitterrand pour l'élection présidentielle de 1981.
L'affiche de François Mitterrand pour l'élection présidentielle de 1981. © DR

Najat Vallaud-Belkacem adopte une autre manière de ne pas mettre en avant sa famille politique. "Elle noie le poisson, assure le politologue. Elle affiche le logo du PS parmi une dizaine d'autres logos. Il y a des mouvement politiques que je ne connaissais même pas en tant que politologue!" En effet, au bas de l'affiche de la candidate socialiste sont affichés dix logos de taille identique. Celui du PS prend ainsi la même importance que celui de la Fédération communiste de l'Allier. La question de l'appartenance politique est maintenue par le choix des couleurs. "Sa veste bleue sur fond rouge, bleu ou vert n'affiche pas la couleur politique."

Les écologistes, le Rassemblement national, la France Insoumise et Bruno Bonnell "s'affichent clairement"

Dans cette course à la présidence de région, ceux qui s'affichent clairement sont "le Rassemblement national, Bruno Bonnell avec la bannière Majorité présidentielle et Fabienne Grébert (Europe Ecologie-Les Verts) aussi, observe le politologue. Pour les candidats de ces partis, l'étiquette politique permet de pallier un manque de notoriété. "C'est vrai pour Andréa Kotarac du RN, Fabienne Grébert chez les écologistes ou encore Cécile Cukierman sur la liste PCF/LFI même si son affichage partidaire est plus discret."

Alors pourquoi cacher son appartenance à des partis qui ont connu leurs heures de gloire? "La raison est simple, explique Daniel Navrot, je vous renvoie à une étude de Fondapol parue il y a 15 jours où 70% des Français disent être prêts à s'abstenir, voter blanc ou pour les extrêmes. Cela a de quoi inquiéter". Dans cette étude du think tank Fondapol (institut «libéral, progressiste et européen»), 55% des sondés déclarent pouvoir "voter pour un candidat qui ne viendrait pas d’un parti politique". 80% des personnes interrogées disent même ne pas avoir confiance dans les partis.

Dans un sondage France 3, les électeurs prêts à voter créditent au second tour Laurent Wauquiez de 37% d'intention de votes, la liste de gauche qui rallierait le PS et EELV à 24%, le candidat du RN à 23%, Bruno Bonnell de la Majorité présidentielle à 16%.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections élections départementales 2021 région auvergne-rhône-alpes