• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Evènement début mars avec la 13è nuit de la Chouette

Trois poussins de hibou aux longues oreilles sont assis sur une branche d'arbre au lever du soleil dans une réserve faunique. / © Sergei GAPON / AFP
Trois poussins de hibou aux longues oreilles sont assis sur une branche d'arbre au lever du soleil dans une réserve faunique. / © Sergei GAPON / AFP

Le samedi 2 mars 2019, la Ligue de Protection des Oiseaux organise sa "13è Nuit de la Chouette" partout en France. Un évènement qui à lieu tous les deux ans et qui invite le grand public à découvrir les rapaces nocturnes parmi lesquels, les chouettes et hiboux. 

Par F.Ebbhah & Communiqué LPO

Le samedi 2 mars, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) organise sa 13è Nuit de la Chouette.

A cette occasion, des centaines d’activités gratuites sont proposées partout en France.
Le public est invité à se rassembler, entre chien et loup, à l’affût de la faune noctambule.
Une expérience à ne pas manquer!

Le rendez-vous à lieu tous les deux ans.  À cette occasion, près de 300 structures partenaires encadrent de nombreuses animations au cours du mois de mars dans tout le pays.

Au programme : Sorties nature, conférences, projections, ateliers de construction de nichoirs ou de dissection de pelotes de réjection.
Photo d'une Chevêchette d'Europe / © Crédit photo : LPO/Denis Simonin
Photo d'une Chevêchette d'Europe / © Crédit photo : LPO/Denis Simonin
Dès le crépuscule, petits et grands pourront partir à la rencontre d’espèces souvent difficiles à observer telles que la chevêche d’Athéna, l’effraie des clochers, la chouette de Tengmalm, le hibou moyen-duc ou le grand-duc d’Europe.

D’autres animaux également actifs la nuit seront observés comme le chevreuil, le hérisson, la chauve-souris ou le crapaud.

À travers cet événement, la LPO souhaite aussi attirer l’attention sur les menaces d’origine humaine qui pèsent sur ces oiseaux vulnérables. 

Ils sont régulièrement vicitmes d'électrocution, de chutes dans des cheminées, d'accidents de la route mais aussi d'une diminution des espaces naturels ou encore d'empoisonnements par les pesticides.

Les guides naturalistes qui encadreront les animations initieront le public à des gestes simples pour faciliter une cohabitation sereine entre l’homme et la faune sauvage.
© Crédit photo : Pixabay
© Crédit photo : Pixabay
Ils procèderont notamment à l'installation de nichoirs spécifiques, à la plantation d’arbres et de haies ou à alerter sur une conduite de nuit vigilante et la limitation de la pollution lumineuse.

Sur le même sujet

Réaction de Laurent Gerra par téléphone

Les + Lus