Fête des mères : "Maman on t'aime", quand les enfants peaufinent leurs cadeaux

Avec l’épidémie de coronavirus, la fête des mères s’organise différemment. Certains enfants confectionnent des cadeaux, à la maison, sous les directives de leur enseignant. D’autres, sans aucune consigne, laissent libre cours à leur imagination. Exemples dans le Puy-de-Dôme et l’Allier.
 

Maëlys et Lilwenn en plein préparatif pour la fête des mères qui aura lieu dimanche 7 juin.
Maëlys et Lilwenn en plein préparatif pour la fête des mères qui aura lieu dimanche 7 juin. © Chefdeville

Le jour de la fête des mères approche. Dimanche 7 juin, les mamans seront à l’honneur et nombreuses recevront des cadeaux. Plus que quelques jours pour tout organiser. Traditionnel collier de pâtes, pot de fleurs décoré, apprentissage d’une poésie …. l’épidémie de coronavirus a chamboulé le programme des maîtres et maîtresses. Entre la fermeture des établissements durant le confinement et la réouverture des écoles avec un plafonnement à 10 élèves maximum par classes, cette année scolaire est complexe. Certains enseignants ont abandonné leur projet et d’autres organisent une petite surprise à distance avec la complicité des pères.

"C’est une super maman !"

A Orcet dans le Puy-de-Dôme, Anne-Laure Chefdeville entend ses filles chuchoter depuis plusieurs jours. "Elles s’isolent, font des messes basses et la cadette se cache carrément pour faire le travail donné par la maîtresse. Elles trament quelque chose, c’est sûr !" dit-elle le sourire dans la voix. Et pour tout savoir il suffit de leur poser la question. Lilwenn âgée de 7 ans est en classe de CP. Elle confie : "La maîtresse a envoyé un mail pour faire des devoirs les jours où je ne vais pas à l’école. Elle a glissé une surprise pour maman. Elle a donné des consignes. Papa m’a tout expliquée. Je dois faire un cœur ou plier une feuille en deux pour faire comme un livre. Je dois faire un joli dessin dessus. Et au dos je dois écrire une phrase. La maîtresse a donné des exemples : maman tu es la plus gentille, tu es la plus jolie, tu es la plus coquette, tu es la plus belle de toutes les mamans". De quoi lier l’utile à l’agréable, elle réalise un cadeau tout en apprenant les adjectifs, en toute autonomie. Sa grande sœur, Maëlys, n’a pas de consigne de sa maîtresse de CM2. Pas question pour autant de ne rien faire. Elle a pris les choses en main : "On fait des dessins avec ma sœur. On va écrire bonne fête maman et dimanche 7 juin 2020". Elle ajoute en pouffant de rire : "Il y a des moments où elle s’absente alors on en profite". Toutes deux ont hâte de découvrir la tête de leur mère quand elles lui offriront toutes ces surprises. Elles concluent en cœur : "C’est une super maman !".

Il n’y a pas que dans cette maison que l’on s’active. A Vichy dans l’Allier, Barbara Brun a noté quelques changements d’attitude. Si d’ordinaire sa fille Margaux lui demande à quelle heure elle rentre, ce vendredi, elle n’a pas tenu le même discours. Au moment où Barbara est partie au travail, elle a entendu : "Prends ton temps maman. Ne rentre pas trop tôt ce soir". Une phrase qui l’a faite sourire. Elle sait que la maîtresse n’a rien prévu cette année. "Par déduction, seules deux personnes peuvent l’aider, sa nounou et mon mari. Je pense qu’elle prépare quelque chose avec son assistante maternelle." explique-t-elle. Puis elle ajoute : "En tout cas le secret est parfaitement gardé, je n’ai vraiment aucune idée de ce que cela peut être".

"Maman on t'aime"

Amélie Leroy habite également dans l’Allier. Elle s’attend aussi à être comblée par ses deux enfants. Et elle a raison. Antonin 5 ans a été aidé par son grand frère Tom. Il explique : "J’ai mis de la peinture rouge sur ma main. J'ai fait une empreinte sur le papier et j'ai laissé de la place à mon frère. C'est une surprise pour ma maman pour sa fête. Elle est tellement gentille, elle me fait des crêpes et elle joue avec moi au petit train" dit-il fièrement. Et son grand frère d’ajouter du haut de 8 ans : "Antonin a fait sa main gauche en rouge et moi ma main droite en bleu. Et dessus j'ai écrit : maman on t’aime. On a trouvé l’idée avec papa mais on a tout fait tout seul. On est grand ! Ma maîtresse m’a aussi donné une poésie à apprendre. C'est papa qui me l'a faite réciter en cachette de maman. Je la connais par coeur. Je pourrai lui la réciter dimanche".

A Clermont-Ferrand, Valentine Vigier jongle entre le télétravail et son fils Matéo, âgé de 5 ans. Elle souligne : "Par choix, nous ne l’avons pas remis à l’école. La maîtresse continue de nous envoyer des devoirs par mail. Elle se concentre vraiment sur l’apprentissage. Pour la fête des mères, elle n’a rien prévue. Je comprends, elle gère en même temps les enfants à l’école et ceux restés à leur maison. Cela fait beaucoup". Même si la maîtresse n’est pas sur le coup, elle sait qu’elle ne sera pas oubliée mais ne s’attend pas forcément à un cadeau fait main par son fils. "Mon mari est très pris au travail depuis le déconfinement. Je suis quasiment certaine qu’il ira au plus simple. Pour moi ce sera je pense un bouquet de fleurs ou un parfum peut-être avec un petit dessin" présume-t-elle en ajoutant "j’aurai un cadeau c’est sûr accompagné de plein de gros bisous !".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
famille société déconfinement