Grèce : des sapeurs-pompiers spécialisés de Savoie, d'Isère, de Drôme et d'Ardèche en renfort sur le front des incendies

Ils ont été sollicités mercredi et se sont préparés dans l'après-midi pour être prêts à partir en renfort dès ce jeudi 5 août. Les sapeurs-pompiers ont rejoint à l'aéroport de Marseille toutes les forces du Sud et du Sud-Est qui partent prêter main forte en Grèce, où la situation est catastrophique.
Les incendies extrêmement violents ici à Olympie ce 4 août, sont désormais aux portes d'Athènes
Les incendies extrêmement violents ici à Olympie ce 4 août, sont désormais aux portes d'Athènes © EUROKINISSI AFP

L'alerte a été donnée mercredi dans les casernes des trois départements alpins, Savoie, Haute-Savoie et Isère, mais aussi dans la Drôme et l'Ardèche, des sapeurs-pompiers ont préparé en urgence leur paquetage dans l'après-midi. 

Ils sont partis de leurs départements respectifs dans la matinée du jeudi 5 août pour décoller de l'aéroport de Marseille, où ils ont rejoint les autres forces du Sud qui vont porter appui à la Grèce. La France a proposé son aide dans le cadre du mécanisme de protection civile de l’Union.

Une colonne de spécialistes feux de forêts issus des Sdis des zones de défense Sud et Sud-Est a pris le départ ce matin pour l'île d'Eubée où les incendies s'approchent des portes d'Athènes.

Parmi eux, un détachement de 11 sapeurs-pompiers de la zone Sud-Est dont un Savoyard qui sera aux côtés de collègues des Service départemental d'incendie et de secours de la Drôme - SDIS 26, Sapeurs-Pompiers de l'Ardèche et Sapeurs-pompiers de l'Isère

Ils ignorent combien de temps durera leur mission. Il s'agit de sapeurs-pompiers spécialisés "pas seulement en feux de forts, mais en incendies de toute nature de terrains, broussailles, sols et strates végétales diverses" nous explique un pompier du Sdis de l'Isère qui envoie aussi des hommes. "Avec la sécheresse, ces incendies sont de plus en plus compliqués à combattre et nécessitent une grande expérience".

A Olympie ce 5 août, on peut mesurer la difficulté de combattre les flammes et la nature du terrain
A Olympie ce 5 août, on peut mesurer la difficulté de combattre les flammes et la nature du terrain © LOUISA GOULIAMAKI / AFP

 

Des spécialistes de grande expérience

Les équipes qui vont venir en aide aux pompiers grecs submergés par des incendies très violents sous une canicule historique sont spécialisées en "feu tactique", un procédé particulier qui exige une grande maîtrise et beaucoup d'expérience. Elle consiste à allumer un feu pour contrer celui qui se développe et il faut être très précis.

Le "feu dirigé" est une technique précieuse quand les hommes et le matériel viennent à manquer tant le front des incendies est étendu. Au total, trente pompiers de la région Auvergne-Rhône-Alpes partent lutter aux côtés des Grecs.

Ces derniers continuent, ce jeudi 5 août, de batailler contre deux incendies préoccupants à Olympie et sur l'île d'Eubée, dans l'ouest et l'est du pays. D'importantes forces ont été déployées près du village de l'ancienne Olympie pour protéger le site archéologique où se sont déroulés les premiers Jeux olympiques de l'Antiquité, à l'ouest de la péninsule du Péloponnèse.

Plus de 170 soldats du feu, aidés d'une cinquantaine de véhicules et six hélicoptères et avions bombardiers à eau bataillent, assistés de renforts de l'armée.

Une dizaine de villages sont également entourés par les flammes sur l'île d'Eubée, à 200 km d'Athènes. Des centaines de maisons ont brûlé ainsi que plus de 25 000 hectares de pinède, d'après les premières estimations. Environ 90 personnes ont été évacuées par la mer mercredi depuis la plage de Rovies, au nord-ouest de l'île, par les garde-côtes grecs. Jeudi matin, deux villages supplémentaires ont été évacués, selon la presse grecque.

Les maires de deux localités ont dénoncé le manque de moyens. "Nous prions les autorités de renforcer les forces aériennes et terrestres pour ne pas risquer des vies humaines", a déclaré le maire de Limni, "Aucun moyen aérien n'a été déployé pour éteindre le feu", a accusé le maire adjoint de Mantoudiou. "Au moins 150 maisons ont brûlé".

L'ile d'Eubée, la première destination de nos pompiers rhônalpins est depuis des jours la proie des flammes, comme en témoignent ces images.

 Un premier départ de 40 militaires français a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi.  Ils ont emporté avec eux huit tonnes de matériel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers solidarité région auvergne-rhône-alpes