Grenoble : neuf trafiquants de drogue du quartier de la Brunetière à Voiron condamnés à de lourdes peines

Après de longs mois d'enquête les policiers ont démantelé un réseau de trafiquants de Voiron. Neuf trafiquants ont été condamnés ce 28 septembre à des peines de 6 ans de prison pour la tête du réseau, 4 ans pour les gérants du point du deal qui rapportait entre 54 000 et 80 000 par mois

A l’issue de deux journées d’audience les 27 et 28 septembre, , le tribunal correctionnel de Grenoble " a condamné la tête du réseau à six années d’emprisonnement et 20000 euros d’amende, les gérants du point de « deal » à quatre années d’emprisonnement dont 1 an avec sursis probatoire et 5000 euros d’amende, l’un des banquiers à trois années d’emprisonnement dont 2 ans avec sursis et 5000 euros d’amende, l’épouse de la tête du réseau à 2 ans d’emprisonnement dont 1 an avec sursis probatoire, l’un des vendeurs à trente mois d’emprisonnement dont 18 mois avec sursis probatoire, les « nourrices » et prête-noms à des peines allant de 10 mois d’emprisonnement avec sursis à 2 ans d’emprisonnement dont 1 an avec sursis." indique ce soir le procureur de la République de Grenoble Eric Vaillant.

Un point de deal rapportant entre 54000 et 80 000 euros par mois

Les faits remontent à 2018 et 2019. Des ventes de cannabis et de cocaïne se déroulaient aux abords et à l’intérieur des salles communales de Voiron. Rigoureusement structuré, le réseau fonctionnait de manière très hiérarchisée : une tête de réseau partie s’installer en Thaïlande, deux gérants du point de « deal », deux banquiers, des prête-noms permettant de transférer l’argent en Thaïlande, des vendeurs et plusieurs « nourrices ».

Ouvert de 11h30 à 22h30, le point de « deal » réalisait un chiffre d’affaires estimé entre 54 000 et 80 000 euros par mois.

Après enquête préliminaire, une information judiciaire a été ouverte en janvier 2019. était ouverte. L’ensemble des investigations a permis d'interpeller douze personnes impliquées dans ce trafic, et de découvrir lors des opérations de perquisition,  1143 grammes de résine de cannabis, 26 grammes d’herbe, 88 grammes de cocaïne, 24 640 euros en espèce, du matériel de conditionnement, des récépissés de mandat Western Union, un cahier de comptabilité mais également une arme de poing, avec chargeur et munitions.

Un mandat d’arrêt avait été délivré contre le chef du réseau, en fuite à l’étranger.

Les audiences se poursuivront au mois d’octobre 2021 pour deux autres prévenus et au moyen de la procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité pour les deux derniers mis en examen.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers drogue