Grève des employés de plusieurs supermarchés pour des revalorisations de salaires en Isère et en Haute-Savoie

Des salariés des enseignes Carrefour ou Géant Casino sont en grève ce samedi dans nos départements alpins, notamment en Isère et en Haute-Savoie. Ils réclament de meilleures conditions de travail, des embauches et une revalorisation de leurs salaires.

Des salariés de l'hypermarché Carrefour à Saint-Egrève, dans la métropole grenobloise, sont en grève ce samedi.
Des salariés de l'hypermarché Carrefour à Saint-Egrève, dans la métropole grenobloise, sont en grève ce samedi. © France 3 Alpes - Franck Ceroni

"On n'arrive plus à suivre pour remplir les rayons. Au niveau des caisses, le soir, c'est dramatique parce que, comme il y a de l'attente, les clients deviennent de plus en plus agressifs. Les conditions de travail deviennent déplorables, on n'en peut plus". Pour Valérie Ferrand, déléguée syndicale CFDT à Carrefour Saint-Egrève, cette grève, c'est d'abord l'expression d'un ras-le-bol.

Avec une centaine de salariés de l'enseigne, elle a décidé de débrayer ce samedi pour exprimer sa déception et le manque de considération de la direction de Carrefour vis-à-vis de ses employés. "Beaucoup de contrats en CDD ont été supprimés", déplore-t-elle, et à la fin du mois, au niveau paye, le compte n'y est pas.

"On nous a proposé une augmentation de salaire dérisoire : 0,5% à partir du mois de mars, donc rien en janvier, rien en février, alors que l'année dernière on avait droit à 1,5% d'augmentation"
 

"43 centimes par jour" d'augmentation

Pour des caissières, "en gros, ça fait 7 euros nets par mois d'augmentation" alors que "Carrefour a annoncé en fin d'année des bénéfices par milliards. Ils sont en train d'acheter des magasins à l'étranger, ils nous ont annoncé que depuis vingt ans les hypermarchés n'avaient jamais fait autant de chiffre d'affaires et derrière, nous, on nous rémunère avec des miettes, on ne peut pas accepter ça, c'est pas possible".

Le mouvement ne se limite pas à l'Isère. Les salariés de l'hyper Carrefour d'Annecy, en Haute-Savoie, ont eux aussi manifesté ce samedi, dénonçant "une proposition d'augmentation de salaire de 0,54% sur l'année soit... 43 centimes par jour pour un salarié au Smic !"

 

"Gain de pouvoir d'achat" et "primes liées aux résultats du groupe"


De son côté, la direction communication du Groupe Carrefour indique que "des accords majoritaires concernant les négociations annuelles sur les salaires ont été signés avec FO, la CCG et la CFTC le 24 mars pour revaloriser les salaires des collaborateurs du groupe". La CGT, elle, ne les a pas signés.

"Pour donner un exemple, un employé de caisse en hypermarché bénéficiera en 2021 d’un gain de pouvoir d’achat de 530 € bruts soit l’équivalent de 30 % d’un mois de salaire", ajoute le groupe qui souhaite rappeler que "Carrefour a été le seul acteur du secteur à verser en mai 2020 une prime de 1 000 € à tous ses salariés".

L'enseigne de grande distribution assure par ailleurs que "les salariés vont toucher en moyenne 1 350 € en primes d’intéressement et de participation (liées aux bons résultats de Carrefour en 2020)".

 

Publiée par CGT ISERE sur Samedi 3 avril 2021

 

"Le Covid a bon dos"

A Fontaine, dans l'agglomération grenobloise,  "80% de l'effectif" du Géant Casino, "dont l'intégralité du service Drive" est lui aussi en grève. Ces 120 salariés se disent "exaspérés et fatigués d'être engueulés par la clientèle qui en a marre d'attendre aux caisses".

"Avant le Covid, exploités. Après le Covid, surexploités", peut-on lire sur leurs banderoles.

"Nous sommes 200 et nous avons perdu une quarantaine d'emplois en un an : 17 CDI et 22 CDD qui n'ont pas été remplacés", indique Philippe Teman, secrétaire CGT du CSE. 

"Le Covid a bon dos, la direction profite de la situation", s'insurge le représentant syndical qui souhaiterait qu'une quinzaine de CDD soit embauché, le personnel étant lassé de devoir "être polyvalent à tous les postes"

La CGT réclame également "une prime Macron de 2000 euros nets en 2021 pour tous les salariés en CDI, une revalorisation des salaires, et l'arrêt du management agressif".
 

Des salariés du supermarché Géant de Fontaine en grève ce samedi.
Des salariés du supermarché Géant de Fontaine en grève ce samedi. © Philippe Teman

 

Journée d'action dans la grande distribution


Enfin, la perspective de voir des caisses automatiques installées et mises en service le dimanche après-midi fait craindre aux syndicats des problèmes de sécurité publique, liés à la vente d'alcool. "Il n'y aura personne pour contrôler", estime Philippe Teman. Il demande donc à ce qu'une délégation du Géant Casino de Fontaine soit reçue par le préfet de l'Isère dans les plus brefs délais.

Une journée d'action nationale concernant toute la grande distribution est programmée le 8 avril, à l'initiative de la fédération CGT du commerce.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social grève