Haute-Loire : comment la cellule de gendarmerie "Latitude 43" a démantelé un réseau de vol de véhicules utilitaires

Les gendarmes de Haute-Loire sont parvenus à démanteler un réseau de vol de véhicules utilitaires qui sévissait dans la Loire, le Rhône et la Haute-Loire. Jeudi 4 mars, 3 des mis en cause ont été placés en détention et un autre sous contrôle judiciaire. Cette affaire a débuté à l’automne 2019.

Les gendarmes de la cellule "Latitude 43" ont démantelé un important réseau de vol de véhicules utilitaires en Haute-Loire, dans la Loire et le Rhône.
Les gendarmes de la cellule "Latitude 43" ont démantelé un important réseau de vol de véhicules utilitaires en Haute-Loire, dans la Loire et le Rhône. © V.Riffard/FTV

C’est une longue affaire menée par les gendarmes de la Haute-Loire qui vient d’arriver à son terme jeudi 4 mars. A l’automne 2019, la gendarmerie a constaté un accroissement significatif des vols de véhicules utilitaires de type camions plateaux. Ces vols de véhicules appartenant à des collectivités ou gardés dans des garages étaient commis la nuit, dans le Rhône, dans la Loire et la Haute-Loire. L’enquête préliminaire a été confiée à la Brigade de Recherches (BR) d’Yssingeaux, qui prend l’affaire très au sérieux : « Face à l’ampleur du phénomène et afin d’y mettre un terme, le 1er septembre 2020, le Groupement de Gendarmerie Départementale (GGD) de la Haute Loire crée un groupe de travail composé de 6 enquêteurs, baptisé « Latitude 43 ». Le 4 septembre 2020, une information judiciaire est ouverte pour vols, vols aggravés et participation à une association de malfaiteurs. La commission rogatoire est confiée à la BR d’Yssingeaux qui reçoit l’appui de la section de recherches (SR) de Clermont-Ferrand », précise la gendarmerie dans un communiqué.

Un groupe de 6 malfaiteurs soupçonné

Pour résoudre cette enquête, de nombreux moyens logistiques et techniques sont mis en place : investigations de gendarmerie scientifique, des surveillances et recueil de renseignements. Toutes ces dispositions ont permis d’identifier « un groupe criminel organisé composé de 6 malfaiteurs. Chevronnés, issus de la communauté des gens du voyage sédentarisés sur les bassins stéphanois et lyonnais, ils sont structurés en « équipes à tiroir » ». Leur mode opératoire est bien rodé : les véhicules volés sont soit maquillés puis revendus sur le territoire national, soit démontés en vue d’écouler les pièces détachées en Europe de l’Est avec la complicité de transporteurs roumains. « Les investigations réalisées par les enquêteurs permettent de déterminer que plus d’une cinquantaine de faits sont susceptibles d’être rattachés à l'activité des malfaiteurs pour un préjudice supérieur à un million d’euros », détaille le communiqué.

200 gendarmes mobilisés

L’affaire a trouvé sa conclusion au début du mois de mars : le 2, une « opération judiciaire d’envergure » est mise en place par la gendarmerie de Haute Loire. Celle-ci mobilise 200 gendarmes et permet d'interpeller les 5 mis en cause identifiés. « Les enquêteurs de la BR d’Yssingeaux et de la SR de Clermont-Ferrand sont appuyés par des enquêteurs du GGD de la Haute-Loire, 9 Pelotons de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, 1 hélicoptère de la section aérienne gendarmerie (SAG) de Bron, 4 équipes cynophiles SAMBI (Stupéfiants, Armement, Munitions, Billets), des militaires de l’escadron de gendarmerie mobile d’Annecy et du GIR ».

5 personnes interpellées et 3 placées en détention

Au total, 6 véhicules d’une valeur de 140 000 euros, 100 cartouches de cigarettes, 1 calculateur, 2 pompes à chaleur, 4 fusils et 10 000 euros en numéraire ont été saisis. Les personnes interpellées ont été placées en garde à vue : « A l’issue de leur garde à vue, le 4 mars 2021, 4 des 5 mis en cause ont été présentés au magistrat instructeur et mis en examen. Une des personnes mises en cause a été placée sous contrôle judiciaire. Les trois autres ont été incarcérées à l'issue des débats tenus devant le juge des libertés et de la détention », explique le communiqué. Le dernier n’a pas été mis en examen.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société