• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Haute-Loire : Fin de série pour Défi Mode, 51 emplois sont touchés

Défi Mode a changé de nom au début de l'année pour s'appeler Nov'Mod. Il reste une soixantaine de magasins en France dont 3 en Haute-Loire. / © m.pitavy/france3auvergne
Défi Mode a changé de nom au début de l'année pour s'appeler Nov'Mod. Il reste une soixantaine de magasins en France dont 3 en Haute-Loire. / © m.pitavy/france3auvergne

Le président Thierry Dai a annoncé ce mardi aux salariés du siège social à Brioude, en Haute-Loire, que son groupe s'orientait vers une cessation totale d'activité. Le Groupe Défi Mode compte encore une soixantaine de magasins sur toute la France dont trois dans le département. 

Par Christophe Jouvante

Défi Mode, implanté à Yssingeaux, Langeac et Brioude, en Haute-Loire, avait changé de nom au début de l'année devenant Nov'Mod. Mais le rebond espéré du groupe spécialisé dans la mode et la décoration à petits prix semble n'être jamais arrivé.

Mardi le président du groupe Thierry Dai a annoncé, aux salariés du siège social à Brioude, la cessation totale de son activité. Les représentants des salariés et la direction négocient en ce moment en région parisienne le devenir des 220 salariés qui travaillent encore pour la marque. Le groupe, créé en Haute-Loire, en 1986, par deux frères, Bernard et Dominique Montel, a connu son heure de gloire au début des années 2000, avec 200 magasins dont la moitié créée entre 2004 et 2007 dans des petites villes pour la plupart.

En 2008, Défi Mode est acheté par le géant du prêt-à-porter Vivarte qui lance une restructuration en 2015. Plus d'une centaine d'emplois sont supprimés sur toute la France. Début janvier 2016 Vivarte en difficulté annonce que l'entreprise est à vendre. C'est un autre entrepreneur, Nenad Jeremic, qui reprend les commandes de Défi Mode en septembre 2016.
 

A peine un an plus tard l'entreprise qui compte encore 66 magasins et un peu moins de 300 salariés change de président. Thierry Dai représente alors l'ultime espoir de redresser la barre. C'est finalement lui qui annonce la fin de l'aventure pour 220 salariés dont 51 en Haute-Loire.

Sur le même sujet

Père Mariusz Sliwa

Les + Lus