Haute-Loire : un abri pour les chats abandonnés du camping de Bas-en-Basset

Au camping de Bas-en-Basset (Haute-Loire), chaque année, des chats sont abandonnés. La mairie et deux associations ont construit un abri pour accueillir ces chats. / © Catherine Romeyer
Au camping de Bas-en-Basset (Haute-Loire), chaque année, des chats sont abandonnés. La mairie et deux associations ont construit un abri pour accueillir ces chats. / © Catherine Romeyer

En Haute-Loire, le camping de Bas-en-Basset est face à une problématique : chaque été, des résidents quittent le camping en laissant derrière eux leur chat. Avec l’aide des associations ARPA chats 43 et la Toupie Bassoise, la commune a fait construire un abri pour ces chats abandonnés.

Par Solenne Barlot

Le camping de Bas-en-Basset (Haute-Loire) est désormais équipé d’un abri pour les chats abandonnés. Le camping, qui ouvre ses portes du mois d’avril au mois de septembre, est confronté à une population importante de chats, abandonnés pendant la période estivale : « Le camping a la particularité d’accueillir des résidents longue durée, et chaque année, certains vacanciers repartent en laissant leur chat. Il y a énormément d’abandons », constate Gilles David, maire (SE) de Bas-en-Basset. Face à cette situation, l'ARPA chat a décidé de prendre les choses en main : "Avant, ces chats vivaient dans les pierres de la digue, lorsqu'elle a été recouverte de terre, ils n'avaient nulle-part où aller. On a soumis cette idée à la commune qui a tout de suite accepté, ils sont très attentifs aux chats errants", explique Catherine Romeyer, trésorière de l'ARPA chats 43.

Nourrir, soigner et reloger les chats

Face à ce constat et aux nuisances provoquées par cette population de chats errants, le maire, en partenariat avec l’association de protection animale ARPA chats 43 et l’association de menuiserie-ébénisterie la Toupie Bassoise, a fait construire un abri pour ces résidents forcés du camping. Construit en matériaux de récupération fournis par la commune, il prend la forme d’un chalet où les chats peuvent venir manger et dormir : « On m’a proposé deux plans, j’ai choisi cette forme de chalet, un peu à l’abri des regards, pour que les chats ne soient pas dérangés. Pour les chats qui ne sont pas castrés, on a mis en place un piège afin que les bénévoles puissent les attraper et les stériliser, ou pour attraper les chats malades et les soigner. Les autres chats peuvent aller et venir comme ils le veulent », explique Bernard Chanal, président de l’association la Toupie Bassoise, créée en 2015.

Gérer la population de chats errants

En tout, il lui aura fallu plus de 80 heures de travail pour construire ce refuge. « C’est important pour moi la cause animale, je suis moi-même propriétaire d’animaux. On ne laisse pas son chat comme ça, c’est irresponsable, un animal, on le garde jusqu’à sa mort, c’est pour ça que ce projet me tenait à cœur », raconte Bernard Chanal. Pour la commune également, cet abri est une aide dans la gestion des chats errants : « Ça permet de les stériliser et les reloger. Quand ce sont des chiens qui sont abandonnés, on sait comment les prendre en charge, mais quand c’est des chats, c’est toujours plus délicat », se félicite Gilles David. L’abri accueille déjà 3 résidents, les autres chats ont pu être pris en charge par ARPA chats, à la recherche de nouvelles familles pour les félins.

Sur le même sujet

Les + Lus