Haute-Loire : un collectif anti-masque dans le viseur des professionnels de santé à Brioude

Alors que la Haute-Loire est l'un des départements les plus touchés par le virus, un collectif Brivadois anti-masque s'est fait tristement remarquer ces dernières semaines. L'indignation des professionnels de santé et des élus est unanime.
 
Le centre hospitalier de Brioude compte déjà une vingtaine de cas de covid. Pendant ce temps, un collectif anti-masque répand des tracts dans toute la ville.
Le centre hospitalier de Brioude compte déjà une vingtaine de cas de covid. Pendant ce temps, un collectif anti-masque répand des tracts dans toute la ville. © Alexandre Rozga
La découverte remonte à la fin octobre mais l'indignation du médecin de ville demeure : « C'était un samedi matin pendant la consultation entre deux patients. Etant donné qu'on n'a plus aucune revue, ça a été vite repéré : on a retrouvé ces tracts disposés sur chaque table. J'ai été très surpris et choqué qu'on vienne jusque dans nos salles d'attente les déposer. » raconte François Germain, médecin généraliste dans un cabinet brivadois.

Ce que ce médecin a retrouvé dans son cabinet à la vue de tous les patients à qui il demande évidemment de porter un masque, ce sont des tracts anti-masque émanant d'un mystérieux Collectif Citoyen Brivadois. (NDLR : collectif qui n'a aucun rapport avec le Collectif éco-citoyen brivadois.) « Nous, en tant que soignants, ce qu'on veut rappeler à la population, c'est que si elle veut nous aider à juguler cette épidémie, le seul moyen, c'est de mettre des masques et de respecter les gestes barrières plutôt que de polémiquer comme le fait ce collectif qui, pour moi, n'est pas un mouvement citoyen !  » poursuit le médecin.

Qu'il s'agisse d'une initiative isolée ou groupée, d'autres tracts anti-masque ont été accrochés aux pare-brises et distribués sur le marché.  Les élus et les professionnels de santé dénoncent une propagande malsaine : « C'est un facteur de risque important de ne pas porter de masque ! On sait que les lits d'hôpital sont en nombre restreints et surtout que les moyens humains sont contraints donc on se doit de limiter leur occupation au maximum. Or si on ne porte pas le masque, on risque d'augmenter les contaminations et d'avoir davantage recours aux professionnels de santé ! » se désespère Alice Bonnet, première adjointe au maire de Brioude chargée de la santé et représentante du personnel médical de l'hôpital. 

Le centre hospitalier de Brioude compte déjà une vingtaine de patients Covid non réanimatoires. Cinq cas Covid ont été transférés en l'espace d'une semaine au service de réanimation du CHU de Clermont-Ferrand dont un jeune de 17 ans qui présentaient de sérieuses difficultés respiratoires. Pour la direction de l'hôpital, le discours anti-masque est criminel : « C'est de la mise en danger d'autrui. Il faut vraiment que ces partisans anti-masque puissent être repérés et stigmatisés, qu'on puisse entamer des poursuites. Nous sommes d'ailleurs prêts à déposer une plainte. » nous explique Marc Vanderbrouck, directeur du centre hospitalier de Brioude. 

Avec 210 personnes hospitalisées pour Covid et un taux d'incidence de 1.000 cas pour 100.000 habitants, la Haute-Loire est un des départements les plus touchés de France.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société