Haute-Loire : une vigne sauvée par un chantier d'insertion

Pour éviter l'utilisation des désherbants chimiques, rien de mieux que le cheval / © Gérard Rivollier
Pour éviter l'utilisation des désherbants chimiques, rien de mieux que le cheval / © Gérard Rivollier

A Villeneuve d'Allier, en Haute-Loire, une des dernières vignes de la vallée reprend vie, après deux ans d'abandon, grâce aux efforts des salariés d'un chantier d'insertion. Et pour éviter l'utilisation des désherbants chimiques, un cheval est aussi mis à contribution.

Par Gérard Rivollier

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, la vallée de l'Allier, en Haute-Loire, était productrice de vin. Une activité économique qui s'est arrêtée en raison de l'arrivée du phylloxera, un puceron importé des Etats-Unis qui a détruit en quelques années une très grande partie du vignoble français et a provoqué la disparition de cépages et de vignobles ancestraux
Si Villeneuve d'Allier n'a pas échappé au phénomène, un chantier d'insertion a décidé de faire revivre ce patrimoine, et une vigne y a été replantée il y a quelques années. Mais laissé à l'abandon, elle avait fini par être envahie par les mauvaises herbes.
Depuis, un autre chantier a été lancé pour la remettre en état, un chantier où il a fallu faire appel à Vidoc, un cheval de trait comtois qui permet de désherber sans avoir recours à des produits chimiques. Une tâche plus que délicate. "Pour décavaillonner, il faut aller chercher l'herbe qui est entre les pieds, sous le rang. Il faut aller très doucement et si j'accroche un pied, ce qui peut arriver, il faut vraiment que le cheval s'arrête tout de suite. Comme ça on recule, on reprend et on abîme la vigne le moins possible tout en désherbant au maximum".

Travail à l'ancienne

Après le passage du cheval, ce sont les salariés en insertion qui prennent le relai. Pour ces demandeurs d'emploi en difficulté, la vigne est un bon support pour un retour vers le monde du travail.
"J'attends d'apprendre beaucoup de choses sur la vigne et sur les plantes puisque l'on est dehors, explique Franck Pailloux, salarié du chantier d'insertion. J'espère aussi apprendre beaucoup sur les manières de travailler à l'ancienne, qui pour moi sont plus intéressantes que le tracteur".
Objectif pour Vidoc et les salariés du chantier d'insertion: passer à la dernière étape, la récolte du raisin et la vinification, dès l'automne prochain.

A Villeneuve d'Allier, en Haute-Loire, un chantier d'insertion s'attache à sauver l'une des dernières vignes de la vallée
Intervenants: Vincent Lechevalier, professionnel en traction animale; Franck Pailloux, salarié du chantier d'insertion; Jean-Marc Le Laure, encadrant technique du chantier Reportage: Gérard Rivollier, Olivier Martinet; montage: Benoit Courtine



Sur le même sujet

Les + Lus