Haute-Loire : à la découverte de la liqueur de verveine du Velay

C'est un patrimoine emblématique du département de la Haute-Loire : la liqueur de verveine. A l'occasion des journées du patrimoine, une distillerie située à Saint-Germain-Laprade ouvre ses portes gratuitement aux visiteurs samedi 19 septembre, sur réservation.
 

A Saint-Germain-Laprade, en Haute-Loire, samedi 19 septembre, lors des journées du patrimoine, les visiteurs pourront découvrir une distillerie qui produit de la liqueur de verveine. La recette de cette boisson date de 1859. A l'origine, l'herboriste Joseph Rumillet-Charretier cherchait un elixir digestif. C'est à partir de la feuille de verveine qu'il imagina son savant mélange.

Des vertus thérapeutiques

Alexis Lamaud, distillateur à la Verveine du Velay explique : « La liqueur de verveine est composée de 32 graines plantes et aromates. Chacune de ces graines a des vertus thérapeutiques. C’est pour cela qu’il les a mis dans son pseudo-médicament, dans son élixir ». La verveine est aujourd'hui encore plantée et cultivée à l'arrière de l'usine. Alexis Lamaud  souligne : « Il y a plusieurs variétés de verveine. Nous recherchons surtout le petit goût, la liqueur de verveine étant un produit de plaisir. On va utiliser cette verveine citronnelle, qui apporte ce petit goût de citron en plus de la verveine ».

Les mêmes ingrédients qu'à l'origine

Une fois séchées, les feuilles de verveine citronnelle macèrent dans l'alcool pendant 9 mois puis elles sont distillées au printemps et en automne dans des alambics. Ensuite les autres ingrédients sont ajoutés. Alexis Lamaud  raconte : « On utilise toujours les mêmes ingrédients d’origine, les mêmes plantes qui ont des vertus thérapeutiques. On continue à y mettre du miel, qui est reconnu pour ses vertus antiseptiques. Maintenant on ne recherche plus forcément ce côté médicament mais si chaque plante a des vertus thérapeutiques, ça ne peut pas faire de mal au consommateur. C’est pour cela que l’on garde cette même recette ».

Jusqu'à 2 ans de vieillissement

Il faut encore un à deux ans de vieillissement pour obtenir la liqueur. Alexis Lamaud indique : « La liqueur est issue d’une distillation, donc a subi un choc thermique et ne va pas forcément évoluer dans le temps comme un vin. Néanmoins nous allons faire vieillir la liqueur de verveine dans ces fûts en bois, et notamment en chêne, afin d’arrondir notre liqueur. Car 55 degrés c’est quand même un alcool assez fort. Pour que les gens puissent la déguster il faut la passer sous bois ». La distillerie est installée aujourd'hui en zone industrielle et elle se visite, afin de découvrir l'histoire d'une liqueur qui se consomme en Haute-Loire toute l'année et bien sûr avec modération.
C'est un patrimoine emblématique du département de la Haute-Loire : la liqueur de verveine. Née au XIXe siècle, elle est toujours distillée près du Puy-en-Velay. A l'occasion des journées du patrimoine, une distillerie située à Saint-Germain-Laprade ouvre ses portes gratuitement aux visiteurs le samedi, sur réservation. Intervenant : Alexis Lamaud, distillateur à la Verveine du Velay Equipe : E. Brot-Monnier / A. Capra / M. Canuto ©France 3 Auvergne
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité