Le Puy-en-Velay : des initiatives pour réduire ses déchets

Dans cette droguerie du Puy-en-Velay, en Haute-Loire, des ateliers sont organisés dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets. / © Gérard Rivollier / France 3 Auvergne
Dans cette droguerie du Puy-en-Velay, en Haute-Loire, des ateliers sont organisés dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets. / © Gérard Rivollier / France 3 Auvergne

Depuis le 18 novembre, se tient la semaine européenne de réduction des déchets. Au Puy-en-Velay, en Haute-Loire, sont organisés des ateliers anti-gaspillage et des composteurs collectifs sont mis en place.
 

Par C. L avec Gérard Rivollier

La semaine européenne de réduction des déchets se déroule depuis le 18 novembre. Des animations ont lieu un peu partout dans la région. Au Puy-en-Velay, un atelier s'est déroulé dans une droguerie. L’exercice consiste à fabriquer un bee wrap, un tissu qui remplace la cellophane dans la cuisine. Il est fabriqué à partir de cire d’abeille et de tissu. L'autre exercice pratique consiste à faire de la lessive à partir de copeaux de savon de Marseille. Ce type d'atelier gratuit a beaucoup de succès. Les participantes écoutent, prennent des notes, puis se lancent à leur tour dans les travaux pratiques. Elles sont déjà toutes très sensibilisées à la cause de l'environnement. Catherine Sauvant, participante, explique : « On fait notre jardin, on fait nos plants, on fait notre compost. C’est la suite logique dans cette démarche ». Laurie Wisnowski, participante, ajoute : « On s’en sort avec une lessive à 7 centimes et ça peut toujours être intéressant avec des produits qui sont sains pour l’environnement et pour nous ».

Resserrer les liens

Il existe des petits gestes simples pour moins jeter et moins polluer. C'est aussi le cas avec le compostage partagé. Jordi Alberni, référent compostage du site d'Aiguilhe, affirme : « A chaque fois que l’on met la matière organique, on met un petit peu de matière sèche dessus ». L'agglomération du Puy-en-Velay a mis en place une trentaine de sites comme celui-ci, des composteurs de quartier avec des référents locaux pour veiller sur leur bon fonctionnement. Jordi Alberni précise : « Le but est que les gens viennent avec nous pour nous aider à faire les transvasements, aider à tamiser. Chacun repart avec son petit seau de compost. C’est intéressant car cela resserre aussi les liens et c’est surtout cela que l’on veut faire ». Le zéro déchet, ce n'est peut-être pas pour tout de suite. Mais ce ne sont ni les idées, ni les envies qui manquent.
 

Sur le même sujet

Les + Lus