Le Puy-en-Velay : Maskott, la start-up numérique qui monte

Maskott est une entreprise ponotte qui a développé Tactiléo, une plateforme d'apprentissage utilisée par l'Éducation nationale depuis la rentrée 2016. Elle participera au Consumer Electronic Show, événement incontournable de l'électronique, qui se tiendra à Las Vega du 5 au 8 janvier 2017.

Comme chaque année, du 5 au 8 janvier, se tiendra à Las Vegas l'événement incontournable de l'électronique grand public : le CES 2017 (Consumer Electronic Show) qui attire les start-up du monde entier. Parmi celles-ci, Maskott, une entreprise ponotte qui a triplé son chiffre d'affaire en 2016 grâce à Tactiléo, une plateforme d'apprentissage innovante et leader sur le marché français. Intervenants : Romain Gibert, directeur commercial de Maskott ; Élie Gravejal, graphiste 3D ; Michaël Berthoix, responsable service et développement. ©France 3 Auvergne
Au Puy-en-Velay, il y a la statue Notre-Dame-de-France, la dentelle… mais aussi de la technologie de pointe. Depuis la rentrée 2016, l'entreprise Maskott participe à la formation de tous les collégiens de France à travers Tactiléo, une plateforme de ressources dédié à l’éducation, qu’ils ont développée.
 
« On va permettre aux élèves de visualiser le corps humain depuis leur tablette, de jouer avec - zoomer, dézoomer, le découper, le faire tourner – pour pouvoir apprendre facilement l’anatomie, » raconte Romain Gibert, le directeur commercial de Maskott.
 
Tactiléo peut aider à apprendre les sciences, les maths ou les langues. C'est un outil de formation ludique, aujourd’hui adopté par l'éducation nationale. Deux millions et demi d'élèves ou de profs l'utilisent.

Un travail coordonné avec l'Éducation nationale

Pour finaliser Tactiléo, développeurs, ingénieurs et graphistes travaillent en connexion avec le ministère de l'éducation et répondent aux besoins des professeurs.
 
Élie Gravejal s’applique justement à créer un modèle 3D d’alvéole pulmonaire. « On reçoit plusieurs clichés d’une alvéole, avec les points-clé sur lesquels [le ministère] souhaite qu’on insiste dans la modélisation 3D, explique le graphiste. Je fais ensuite plusieurs ébauches que je vais leur envoyer. »

Créée en 2004 autour de trois personnes, Maskott emploie aujourd'hui 30 salariés au Puy-en-Velay.
Créée en 2004 autour de trois personnes, Maskott emploie aujourd'hui 30 salariés au Puy-en-Velay. © Valérie Mathieu
Créé par un prof de bio, Maskott a commencé avec trois personnes. Ils sont trente aujourd’hui et la boîte entre dans la cour des grands : elle participe début janvier au CES 2017, la messe du high tech à Las Vegas, aux Etats-Unis. Durant ce grand show de l'électronique, Maskott va présenter une version formation professionnelle de Tactiléo.
 
« On sait qu’[elle] a des besoins assez proches de ce que permet de faire Tactiléo dans l’éducation, » signale Michaël Berthoix, le responsable service et développement de Maskott.

Se développer vers les professionnels

Le succès de Tactiléo tient à sa simplicité d'exécution, mais aujourd'hui l'innovation va plus loin. Maskott bouillonne d'idées et fait appel aux sciences cognitives. L'intelligence artificielle va permettre d'adapter l'apprentissage au profil de chacun.
 
« Certains privilégient l’apprentissage par vidéo, d’autres vont préférer lire, réaliser ou répéter un exercice, explique Romain Gibert. Ça, Tactiléo va le déceler. De même pour les difficultés de l’apprenant : il va pouvoir l’orienter vers de meilleures stratégies pour pouvoir combler ses lacunes ».
 
Au rendez-vous mondial de l'innovation de Las Vegas, Maskott la petite frenchie compte bien se faire une place de belle taille et égaler certains géants du net en grosseur en développant ses commandes à l'international.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société entreprises économie