• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Alerte aux scolytes: ces insectes sont de retour dans les forêts de Savoie et Haute-Savoie

La petite bête apparaît en général au mois d'avril, et très vite elle décime les épicéas par dizaines. Une campagne d'information et de dépistage vient d'être lancée en direction des promeneurs et des propriétaires.

Par Françoise Guais

La situation est prise au sérieux : pour la première fois, les Direction Départementale des Territoires des deux Savoies et le Pôle Excellence Bois s'associent pour lancer une grande campagne d'information sur le scolyte.
 / ©
/ ©

Un scolyte, qu'est-ce que c'est ?

Le scolyte est petit un insecte de l'ordre des coléoptères. Long de 2 à 5 mm avec un corps cylindrique et court, il affiche une couleur brun foncé à rougeâtre. Il parasite de nombreux arbres car il se  nourrit du bois tendre situé juste sous l'écorce. Il pond également sous l'écorce et les larves se nourrissent de la sève des arbres, ce qui peut mener en quelques semaines à la mort de l'arbre. Il est donc classé dans la famille d'insectes dits « ravageurs » : les scolytidés (Scolytidae).

Peut-on lutter contre le scolyte ?

Aucun traitement chimique n'existe. Le seul moyen d'empêcher la colonisation est l'abattage. Dans les années 2000, des centaines d'épicéas ont ainsi été sacrifiés dans la région des Alpes. A chaque fois, il faut intervenir très vite pour intervenir. La lutte contre ce ravageur repose aussi sur la prévention.

le reportage de
line Aubert et Joëlle Céroni
scolyte
Intervenants : Claude Gemignani, correspondant observateur de la santé des forêts DDT 74; Anne Lenfant, Technicienne forêt DDT 73; Noël Menu, président de l'Union des Forestiers Privés 74

Un comité de lutte interdépartemental

Nouveauté cette année, la création d'un comité de lutte qui réunit les deux Savoies mais aussi le Pôle excellence bois. Ce comité fait le lien entre les services de l'Etat et les professionnels. Pour la filière bois, cela représente des dizaines de milliers d'euros de perte chaque année.
Pour détecter la présence de l'insecte, le comité compte sur la vigilance des promeneurs, mais aussi, sur la réactivité des propriétaires privés.


Sur le même sujet

Transvolcanique : la rando en VTT à travers les volcans d'Auvergne a 30 ans

Les + Lus