Coup de gueule des acteurs économiques contre la "contestation systématique" de grands projets et "un immobilisme forcené" en Haute-Savoie

Des groupements d'entreprises et fédérations professionnelles de Haute-Savoie lancent un appel aux élus en faveur d'une "politique d’aménagement du territoire concertée et ambitieuse". Ces entreprises craignent de voir l'économie du département fragilisée face à une remise en cause de grands projets "devenue chose courante".

Les acteurs économiques lancent un appel inédit en Haute-Savoie. Dix groupements d'entreprises et fédérations professionnelles, dont la Chambre de commerce et d'industrie, signent une tribune alertant sur "un immobilisme forcené" causé, selon eux, par les multiples contestations aux grands projets.

"Sitôt le concessionnaire de l’autoroute du Chablais désigné [Eiffage, NDLR], des recours sont annoncés contre cet aménagement (financé sans argent public) qui s’ajoute à la trop longue liste des projets mis à mal par une contestation devenue systématique en Haute-Savoie", écrivent les signataires en préambule avant de lister une série d'aménagements décriés : "retenues collinaires, création/extension de zones économiques, construction de logements", etc.

Plusieurs projets ont été vivement critiqués par des associations et collectifs de citoyens ces dernières années en Haute-Savoie, à l'image du vélodrome pensé pour les Mondiaux de cyclisme 2027 dont la construction semble aujourd'hui fortement compromise après une mobilisation d'ampleur. La retenue collinaire de La Clusaz a également été "suspendue" par la mairie après des recours d'opposants.

"On est lassé", résume André Falcomata, secrétaire général de la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) et chef d'entreprise. "Le problème, c'est qu'à force, on ne fait plus et on donne raison uniquement à ceux qui sont contre ces projets", juge-t-il.

L'"inquiétude légitime" des entreprises

Dans cette tribune de deux pages, transmise au préfet, parlementaires et élus locaux, ces organisations regrettent que "la remise en cause de tout projet structurant (soit) devenue chose courante depuis plusieurs années sur notre département", faisant planer "une inquiétude légitime dans les rangs des entreprises."

Sans se positionner sur la nature des projets évoqués, les signataires plaident pour "une politique d’aménagement du territoire concertée et ambitieuse", sans quoi la Haute-Savoie "et son tissu économique dans sa globalité et sa diversité" pourraient se trouver "fragilisés".

Ces groupements d'entreprises de la métallurgie, du BTP ou encore de l'hôtellerie-restauration parlent d'une série de signaux déjà visibles, dont les "difficultés - voire impossibilité - à loger nos nouveaux salariés" ou le "départ massif de jeunes Haut-Savoyards vers des terres 'plus abordables'".

"Si on ne construit pas de logements, comment va-t-on accueillir de nouveaux salariés, questionne André Falcomata. Pourtant, cela ferait travailler les entreprises du BTP et nous permettrait de recruter de la main d'oeuvre supplémentaire."

Si les entreprises "prendront naturellement toute leur part", selon les signataires de la tribune, dans la transition environnementale et la sobriété foncière, "ces considérations légitimes ne doivent pas nous conduire à un immobilisme forcené !" Et d'en appeler aux élus "pour mener ensemble une politique prospective ambitieuse et durable s’appuyant sur des projets partagés et audacieux".

"Il ne faut pas casser la force haut-savoyarde dans tous les domaines", conclut le secrétaire général de la CPME qui prône le dialogue pour élaborer de nouveaux projets et ainsi parer la "délocalisation d'entreprises" vers d'autres territoires.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité