Haute-Savoie : Amazon va-t-il vraiment s'implanter à côté d'Annecy ?

La firme américaine Amazon préparerait son implantation à Seynod (Haute-Savoie) où un entrepôt est en construction. La municipalité, indignée, dit avoir eu vent de la nouvelle après la signature du permis de construire. Amazon ne souhaite ni confirmer, ni infirmer pour l'instant.

Le géant du e-commerce Amazon serait en passe de construire un entrepôt à Seynod, à côté d'Annecy.
Le géant du e-commerce Amazon serait en passe de construire un entrepôt à Seynod, à côté d'Annecy. © INA FASSBENDER / AFP
Le bruit court en ce début d'année. Le géant du e-commerce Amazon pourrait bien s'implanter juste à côté d'Annecy, à Seynod (Haute-Savoie), dans les prochains mois. A la municipalité, c'est la stupeur. "Nous avons découvert ça dans la presse locale", assure le maire Jean-Luc Rigaut, faisant référence à un article du Dauphiné Libéré qui révélait cette information jeudi 9 janvier.

Car avant cela, les élus ne soupçonnaient pas que la multinationale prenait ses marques aux portes de la métropole haut-savoyarde. "J'ai signé le permis de construire pour un entrepôt logistique car tout était conforme aux règles d'urbanisme", poursuit le maire d'Annecy. Sur ce document, rien ne laissait soupçonner qu'Amazon puisse être derrière le projet, assure-t-il.

Désormais, la piste semble se préciser. L'édile s'est renseigné auprès du service urbanisme de la Ville, et il semblerait que le promoteur local en charge de la construction de l'entrepôt soit associé à un investisseur affilié à Amazon. Le futur entrepôt logistique, toujours en construction, emploierait environ 250 personnes à Seynod, ajoute Jean-Luc Rigaut.

"Je me sens dupé", dit-il, dénonçant des méthodes "malhonnêtes" de la multinationale qui "avance masquée". Pour éclaircir la situation, l'édile a rendez-vous avec des responsables d'Amazon France mardi 11 février. "Je ne peux encore rien confirmer sur leur implantation, mais je ne suis pas sûr qu'ils auraient accepté de venir à Annecy s'ils n'avaient rien à voir avec le projet", glisse-t-il.

Sollicité par France 3 Alpes, Amazon a indiqué qu'il ne pouvait "rien confirmer ou infirmer" pour l'heure, le développement d'un site logistique étant "un projet complexe qui se fait sur le long terme". "Le temps de la communication ne peut pas être celui de la conception et de la création d’un projet d’implantation", a ajouté le service presse.

 

Trop tard pour renoncer


Si l'hypothèse Amazon venait à se confirmer, quoi qu'il arrive, les élus locaux ne pourraient plus faire marche arrière. "Juridiquement, il est trop tard. Le délai de deux mois après la signature du permis de construire est écoulé", affirme encore le maire d'Annecy, qui reste fermement opposé à l'implantation de la firme américaine. Pour lui, l'arrivée du géant du e-commerce doit se faire "au service de la France et des territoires" et non pas au détriment "des petits commerces".

"Nous avons de bonnes relations avec les associations de commerçants, nous avons réussi à trouver un équilibre que nous ne voulons pas déstabiliser", craint Jean-Luc Rigaut, également président du Grand Annecy. Et cette nouvelle n'a pas indigné que les élus de la majorité, l'opposition est elle aussi vent debout.
 
Dans un communiqué, Denis Duperthuy, conseiller municipal divers gauche et tête de liste "Les Annéciens" aux élections municipales, pointe le "laxisme" des élus "avides de grands projets et endormis par la promesse de création de quelques emplois". Amazon a tenu à ajouter que "500 emplois en CDI en 2017, 2 000 emplois en 2018 et 1800 emplois en 2019" ont été créés par l'entreprise en France.

Mais le conseiller municipal d'opposition dénonce également les conditions de travail sur les sites Amazon, fréquemment pointées du doigt dans la presse. "C'est une vision passéiste qui va l'encontre de tous les efforts déployés pour la préservation du commerce de proximité et contre le dérèglement climatique", ajoute le candidat aux municipales.
 
Souvent, quand le géant du e-commerce s'implante localement, le dossier fait polémique. C'était le cas quelques mois en arrière à Satolas-et-Bonce (Isère), à l'annonce de la construction d'un centre de tri de colis sur la commune. Le maire était monté au créneau pour dénoncer des "méthodes détestables". Si le géant du e-commerce poursuit son implantation à Seynod, il s'agirait de sa deuxième implantation dans les Alpes du nord.



Mise à jour - Amazon ayant répondu à France 3 Alpes après la parution de l'article, nous avons ajouté les informations communiquées par le service presse.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
amazon économie entreprises