• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

En Haute-Savoie, après des analyses d'urines, le collectif Glyphosate 74 annonce des résultats inquiétants

Du glyphosate est présent dans les urines de tous les participants de la campagne Glyphosate 74. Photo d'illustration. / © BOYER Claude / Max ppp
Du glyphosate est présent dans les urines de tous les participants de la campagne Glyphosate 74. Photo d'illustration. / © BOYER Claude / Max ppp

Le collectif Glyphosate 74 rapporte des résultats inquiétants après l'examen de prélèvements d'urines de 180 personnes dans plusieurs villes de Haute-Savoie. Une plainte sera déposée le 24 mai, pour "tromperie aggravée, atteinte à l'environnement et mise en danger de la vie d'autrui". 

Par Aurélia Abdelbost

Comme dans des dizaines d'autres départements, en Haute-Savoie, un collectif de citoyens a relayé la "campagne glyphosate" nationale. Glyphosate 74  a dépisté la présence de glyphosate dans les urines de 180 citoyens. Et le résultat est sans appel, le pesticide est présent dans les urines de tous les participants, qu'ils mangent bio ou soient vegan.
 
"On se disait qu'en montagne, on était préservé, qu'il n'y avait pas de culture intensive comme en Bretagne par exemple, et pourtant", regrette Maryse Cornier, vice-présidente du collectif. "Au final, les taux sont assez similaires aux autres départements", ajoute-t-elle.

En moyenne, le taux de glyphosate dans les échantillons était de 0.893 ng/ml alors le seuil autorisé dans l'eau potable est de 0.1 ng/ml. Le taux le plus haut relevé était de 2,188 ng/ml, soit 20 fois plus. Entre Annecy, la Roche-sur-Foron et Thonon-les-Bains, c'est à Thonon-les-bains que les taux dépistés étaient les plus bas.
 

Ils vont déposer plainte

"Les tests ont été réalisés devant huissier de justice",  ajoute la vice-présidente. Appuyés par un cabinet d'avocats de Montelimar, 140 personnes concernées ont décidé de porter plainte pour "tromperie aggravée, atteinte à l'environnement et mise en danger de la vie d'autrui". Elles se rendront au tribunal de grande instance d'Annecy le 24 mai pour ce dépôt.
 

L'objectif est avant tout d'interpeller les pouvoirs publics. "On est plein d'espoir, le vent tourne pour les lobbys et on veut apporter notre pierre à l'édifice", souligne Maryse Cornier. 
 

Sur le même sujet

Etienne Blanc et Pascal Blache additionnent "leurs forces"

Les + Lus