Un tunnel sous le Semnoz pour désengorger la route du lac d'Annecy ?

Comment désengorger la route du lac d'Annecy ? Une concertation publique vient d'être lancée autour du projet "liaisons Ouest du lac d'Annecy". Il s'agirait de créer un tunnel sous le Semnoz, ainsi qu'un "bus à haut niveau de service". Mais ce projet ne fait pas l'unanimité. 

Comment désengorger la route autour du lac d'Annecy ? Une concertation publique vient d'être lancée jusqu'au 31 décembre, autour du projet LOLA, "liaisons Ouest du lac d'Annecy"

C’est une phase de démocratie participative avec au programme réunions publiques et ateliers. Elle précède la phase d’enquête publique.

Le projet porté par le Département de Haute-Savoie et le Grand Annecy promet de mettre au fin au cauchemar des bouchons pour les habitants de la rive ouest du lac. Coût du projet : 300 à 350 millions.

Il s'agirait de créer un tunnel sous le Semnoz (un serpent de mer dont on parle depuis plus de vingt ans), ainsi qu'un BHNS, un "bus à haut niveau de service", c'est-à-dire une voie dédiée au bus. Mais ce projet ne fait pas l'unanimité. 
 
Un tunnel sous le Semnoz pour désengorger la route du lac d'Annecy ?

Chaque matin, c'est un flot incessant de voitures sur la rive Ouest du lac. 17 à 24 000 véhicules font quotidiennement le trajet entre Saint-Jorioz et Annecy. Et certains ont même choisi d'abandonner la voiture.

Désengorger la rive ouest jusqu'à Faverges, c'est l'objectif de ce projet en deux axes. La création d'un tunnel sous le Semnoz permettant de rejoindre l'autoroute depuis Sévrier, et celle d'un bus "à haut niveau de service" circulant sur une voie dédiée sur une portion de 12 kms. 


Un collectif d'opposants


Mais le projet a déjà ses opposants. Principal point d'achoppement : le tunnel sous le Semnoz, un serpent de mer depuis une vingtaine d'années. Un projet d'un autre temps pour un collectif de 13 associations qui vient de lancer une pétition contre cet "aspirateur à voitures".

Les opposants estiment que ce projet va à l’encontre des recommandations du GIEC (une réduction des émissions de CO2 de 45 % d’ici 2030). Ils se basent sur une étude réalisée par BG Ingénieurs Conseils en 2018 à la commande du Département.

Ils considèrent que le BHNS n’en est pas un car le circuit en site propre, c’est-à-dire la voie dédiée au bus, ne représente selon eux que 15% de la route totale.

Les opposants plaident donc pour la création d'un tramway. Un projet qui est « exclu » selon Christian Monteil, président du Conseil Départemental de Haute-Savoie, « car il faudrait 5 fois plus d’usager pour amortir un tramway ».
 

Concertation jusqu'au 31 décembre


La concertation publique doit durer jusqu'au 31 décembre. Le projet lui pourrait voir le jour d'ici 5 ou 6 ans.









 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes économie transports circulation politique