Coronavirus : après le pic de l'épidémie, les activités "courantes" reprennent peu à peu à l'hôpital

La première vague de coronavirus passée, le Centre Hospitalier Alpes Léman, près d'Annemasse (Haute-Savoie), annonce reprendre progressivement les activités courantes. L'établissement se réorganise, mais se tient prêt à faire face à une éventuelle deuxième vague.

Salle d’attente de consultation au CHAL avec respect des consignes face au risque Covid-19.
Salle d’attente de consultation au CHAL avec respect des consignes face au risque Covid-19. © CHAL
"La tension sur le dispositif de soins du fait du Covid-19 est moins forte". C'est la bonne nouvelle que vient d'annoncer le Centre Hospitalier Alpes Léman (CHAL) dans un communiqué. Selon l'établissement, "la première vague de patients atteints par le Covid-19 a pu être gérée sur le territoire sans que le dispositif de soins soit submergé", grâce au respect des mesures de confinement et à la mobilisation des soignants. 
 

"Reprise progressive et maîtrisée"


Alors que les activités de médecine et de chirurgie non urgentes avaient été déprogrammées au mois de mars pour gérer la crise du coronavirus, l'heure est aujourd'hui à la"reprise progressive et maîtrisée des activités courantes tout en continuant à assurer au maximum la sécurité des patients accueillis et des professionnels".

Les interventions chirurgicales au bloc sont progressivement reprogrammées, "de l'ordre de 40% du volume initial avant l'épidémie d'ici fin mai". De même, les passages aux urgences "pour des motifs autres que le Covid-19" ainsi que les hospitalisations dans les services de médecine de spécialité repartent à la hausse. Les consultations externes et les examens d’imagerie reprennent également, même si la téléconsultation reste privilégiée lorsqu'elle est possible.

Mesures "barrières", circuits différenciés pour les patients atteints de coronavirus ou non, régulation des flux... Le centre hospitalier insiste sur le fait que "tout est fait dès l’entrée dans l’établissement pour assurer la sécurité des parcours des prises en charge par rapport au risque Covid-19" quel que soit le service. 
 

Prêt pour une éventuelle deuxième vague


A ce jour, 12 patients atteints ou suspects du Covid-19 sont hospitalisés au CHAL dans l’unité de médecine spécialisée et quatre sont en réanimation. Si la prise en charge des patients atteints de coronavirus continue, la baisse du nombre de malades a permis à l'hôpital de réadapter ses dispositifs d'hospitalisation et de réanimation. 

Ainsi l'établissement, qui disposait de 72 lits d'hospitalisation au plus fort de la crise, maintient aujourd'hui une quinzaine de lits disponibles en permanence dans l'unité de médecine infectieuse pour la prise en charge de patients atteints du Covid-19. De même, les capacités de réanimation, qui étaient passées de 12 à 38 lits au plus fort de la crise épidémique, ont été revues à la baisse depuis le 11 mai : "16 lits de réanimation restent en activité, armés en personnel et en matériel" indique l'hôpital.

Malgré cette réorganisation, le CHAL dit rester "très vigilant, en ne baissant pas la garde et en étant prêt pour faire face à une éventuelle deuxième vague". Il précise que ces organisations "sont réversibles sous 24 à 48h pour permettre la libération de lits". En plus de l'unité de maladie infectieuse, l'établissement pourra si nécessaire mobiliser deux autres unités de médecine "comme au moment de la première vague". 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter