Haute-Savoie : une traileuse secourue après avoir passé la nuit dehors dans le massif des Aiguilles rouges

Cette traileuse de la vallée de Chamonix a passé la nuit dehors après avoir perdu son chemin dans la neige. Le PGHM l'a retrouvée en début de matinée jeudi 1er octobre. 
Un hélicoptère du PGHM de Chamonix.
Un hélicoptère du PGHM de Chamonix. © Dominique Semet - France 3 Alpes.
C'est une erreur d'orientation qui aurait pu virer au drame. Mercredi 30 septembre, une traileuse perd la trace du chemin qu'elle suivait à cause de la neige vers le lac Blanc dans le massif des Aiguilles rouges en Haute-Savoie. Inquiet de ne pas la voir revenir son conjoint alerte vers 19h30 le PGHM de Chamonix qui lance une opération de secours. 

"C'est une course classique qui se fait bien à la demi-journée. On a engagé pas mal de moyens pour la retrouver avec notamment une équipe héliportée équipée de jumelles infrarouge, ainsi qu'une équipe d'une douzaine d'hommes au sol. C'était pour faire les sentiers et les bords de sentiers. Pendant ce temps, une équipe spécialisée du numérique épluchait ses données internet via son téléphone portable. On arrivait assez bien à cerner la zone de recherche, mais on ne la retrouvait pas. On a fouillé jusqu'à 2 heures du matin", raconte le commandant du PGHM André-Vianney Espinasse, responsable de l’intervention.


"On a mis tous les moyens pour la retrouver avant que le temps ne se dégrade"


Egarée dans la nuit, la traileuse était bien vivante. Après avoir perdu son chemin, elle s'est retrouvée coincée sur un terrain très pentu et a réussi à rejoindre une petite terrasse où elle a passé la nuit. Le thermomètre était proche de zéro degré. 

Le lendemain matin, ce jeudi 1er octobre, le PGHM reprend ses recherches. "La reconnaissance aérienne a fonctionné. Vers 8h45, les secouristes ont repéré la victime. Elle a lutté contre le froid mais ne souffrait que d'une légère hyporthermie. C'était une opération complexe et on a mis tous les moyens pour la retrouver avant que le temps ne se dégrade", conclut le commandant André-Vianney Espinasse, soulagé par le dénouement de cette intervention. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers trail sport