Polémique UTMB. Après "l'appel au boycott", la mise au point entre Kilian Jornet et l'Ultra-Trail du Mont-Blanc

La direction de l'UTMB s'est entretenue avec les stars de l'ultra-trail Kilian Jornet et Zach Miller, ce mardi 23 janvier, quelques jours après la révélation d'un mail polémique envoyé par les deux coureurs à certains professionnels du trail, leur demandant s'ils souhaitaient participer à une autre course que celle de Chamonix cet été. Voici le contenu de leurs échanges.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Après la polémique, l'heure est désormais à l'apaisement entre Kilian Jornet, Zach Miller et la direction de l'UTMB. Début janvier, les deux stars de l'ultra-trail ont envoyé un mail à plusieurs coureurs professionnels pour savoir s'ils souhaitaient ne pas participer à l'Ultra-trail du Mont-Blanc, vitrine mondiale de la discipline, à l'été 2024.

La raison invoquée par la légende espagnole du trail et l'Américain, deuxième de l'édition 2023 : la direction prise par les organisateurs de l'UTMB depuis plusieurs années. Avec notamment dans le viseur : le développement de l'UTMB World Series, une multitude de courses organisées partout dans le monde et qui permettent aux coureurs de se qualifier pour les prestigieuses épreuves organisées, chaque fin d'été, à Chamonix.

Ce mail privé, divulgué sur les réseaux sociaux par un entraîneur britannique, a fait grand bruit et a été vu par beaucoup comme un appel au boycott. Dans un long entretien accordé à France 3 Alpes, Catherine Poletti, co-fondatrice de l'événement, et Isabelle Viseux-Poletti, directrice de la course, avaient regretté que les athlètes n'aient pas directement contacté l'UTMB pour faire valoir leurs revendications : "Des réflexions communes qui vont dans le sens de tout le monde, on en a régulièrement. (...) On va discuter avec eux. Nous avons une réunion prévue avec la PTRA [Pro Trail Runners Association, créée à l'initiative de Kilian Jornet, NDLR] et d'autres coureurs comme Zach."

Une "volonté de s'améliorer"

C'est désormais chose faite. La direction, les deux coureurs et des représentants de la PTRA se sont réunis ce mardi 23 janvier. "Zach Miller et Kilian Jornet ont tenu à préciser que l’email privé révélé par la presse ne se voulait pas malveillant vis-à-vis de l’UTMB (...), que cet email n’avait pas vocation à se retrouver révélé publiquement, par le biais des réseaux sociaux  (...) qu’ils n’avaient pas appelé au boycott de l’UTMB, comme cela a été interprété à tort par certains médias", pose d'emblée un communiqué de la course envoyé ce mercredi.

Les représentants UTMB comprennent que ce développement très rapide a pu créer des incompréhensions, voire des inquiétudes auprès de certains publics ou territoires.

Direction de l'UTMB.

Face aux inquiétudes des athlètes sur l'évolution du circuit "UTMB World Series", la direction a expliqué que "celui-ci s’est considérablement développé en à peine deux ans, passant d’une vingtaine de courses en 2022, à 37 courses fin 2023 ; mais il arrivera en 2024 dans une phase de stabilisation (41 courses)".

"Les représentants UTMB comprennent que ce développement très rapide a pu créer des incompréhensions, voire des inquiétudes auprès de certains publics ou territoires. Certains exemples ont été mentionnés en particulier, et les représentants d’UTMB Group ont pu expliquer les circonstances dans lesquelles ces événements ont été incorporés dans le calendrier UTMB World Series, ou en sont sortis", poursuit le document.

Les athlètes et la direction ont également pu discuter sur les règles sportives concernant les coureurs élites ou encore le "manque de transparence" des échanges entre l'UTMB et la "communauté du trail running" : "Les représentants d’UTMB Group ont pris acte de leurs observations et leur ont assuré de leur volonté de s’améliorer sur ce point."

"Prendre la parole semblait nécessaire"

Dans une publication Instagram, Kilian Jornet a salué le rôle de l'UTMB : "Une force pionnière et fédératrice", qui a permis "des récompenses en argent, des mesures antidopage, une couverture médiatique et des parrainages".

"Nous avons entamé des discussions pour nous réaligner sur les attentes de la communauté. Il s’agissait de mobiliser les athlètes pour qu’ils expriment leurs préoccupations. Ce n'est pas un appel au boycott mais pour sensibiliser", indique le traileur espagnol. "Cela inclut des acquisitions controversées de courses, la négligence ou le silence (...) sur ce que nous considérons comme des sujets importants tels que les impacts environnementaux ou l'accessibilité."

"En tant qu'athlète bénéficiant d'une position privilégiée, garder le silence serait plus facile, mais compte tenu des inquiétudes de la communauté, prendre la parole semblait nécessaire", raconte Kilian Jornet sur les réseaux sociaux.

Au cours des échanges, "l'UTMB a déclaré que certains (points) étaient dus à de la désinformation et à des malentendus". Les discussions entre les différents camps sont amenées à se poursuivre, indique le groupe haut-savoyard.