• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

VIDEO. A Chambéry, les sapeurs-pompiers innovent pour la formation de leurs nouvelles recrues

Une session de formation était organisée vendredi à la piscine de Chambéry. / © France 3
Une session de formation était organisée vendredi à la piscine de Chambéry. / © France 3

Les sapeurs-pompiers de la Savoie préparent la saison d'été. Une trentaine de stagiaires ont suivi une formation à la sécurité et au sauvetage aquatique à Chambéry, ce vendredi 19 avril. Et pour plus d'efficacité, des outils numériques sont utilisés pour la première fois.

Par M.D. avec Eloïsa Patricio

Souriez, vous êtes filmés ! Cette année la formation des sapeurs-pompiers saisonniers se modernise. Caméras braquées à l'intérieur du bassin pour surveiller les mouvements des apprentis, oreillettes pour communiquer en temps réel pendant la session de natation... Le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de la Savoie utilise de nouveaux outils numériques pour améliorer la formation des futurs secouristes qui entreront en piste cet été.

Vendredi 19 avril, pas moins de 28 stagiaires ont suivi une formation à la sécurité et au sauvetage aquatique à Chambéry. Alors qu'ils nagent dans le bassin, les images sont retransmises sur un écran, presque en temps réel, pour permettre à leurs formateurs de mieux cibler les points à améliorer. En sortant du bassin, les participants visionnent directement leur performance.
 
A Chambéry, les sapeurs-pompiers innovent pour la formation des nouvelles recrues

"Ca permet de se corriger et d'améliorer ses points faibles. Là, pour moi, c'était les bras", commente Marco Garu, sapeur-pompier volontaire. "Il va comprendre et voir son erreur tout de suite pour la corriger derrière. Ca permet d'avoir l'image du mouvement et de gagner énormément de temps", ajoute Julien Nicolas, sapeur-pompier de la Savoie et formateur pour cette session.

 

Pic de noyades l'été dernier


Au fond de la piscine, un signal lumineux sert de repère aux nageurs. Chacun gère ainsi son temps en direct. Les futurs sauveteurs peuvent aussi suivre immédiatement les consignes de leur formateur pendant qu'ils nagent, grâce à une oreillette.

"En temps normal, quand on a des défauts, il faut pouvoir s'en rendre compte et ensuite que l'entraîneur nous le dise quand on est sorti de l'eau... Ca prend beaucoup plus de temps alors que là, on a l'information directement et on peut l'appliquer dès le mouvement suivant", résume Nina Faure, étudiante en formation pour intégrer le SDIS.
 

Des outils déjà utilisés par les athlètes de haut niveau. Si le but reste de gagner du temps, ici, il s'agit de s'entraîner à sauver des vies. L'été dernier, le nombre de noyades a doublé en France.

"On a encore beaucoup de noyades chez des adultes qui se surestiment, vont nager trop loin, ne respectent pas les règles de sécurité ou qui vont dans des endroits où c'est dangereux, énumère le commandant Guillaume Bourbon, conseiller surveillance des plages de Savoie. Donc oui, ce risque de noyade existera toujours et il s'amplifie aussi parce qu'on développe l'activité nautique."

Après douze jours de formation, ces jeunes seront prêts à surveiller les plans d'eau de la Savoie. Le SDIS est toujours en phase de recrutement pour la saison estivale. 

 

Sur le même sujet

REPLAY. Dimanche en Politique transfrontalier : Si les Alpes m’étaient contées !

Les + Lus