Énergie : pourquoi la Suisse "vit à crédit" et se retrouve dépendante de la production étrangère

La Suisse, un des plus gros importateurs d'énergie en Europe, a consommé, ce mercredi 17 avril, l'équivalent de la totalité de sa production énergétique annuelle, indique la Fondation suisse de l'énergie (SES).

En Suisse, ce mercredi 17 avril a été marquée par la "journée de l'indépendance énergétique". Dit autrement, le pays alpin a consommé l'équivalent de toute sa production énergétique depuis le début de l'année, et dépend donc, depuis ce jeudi, de la production étrangère.

La Suisse, qui se repose sur ses productions en énergie renouvelable (hydraulique ou biogaz) et qui ne possède aucune centrale nucléaire, importe environ 70 % de son énergie depuis l'étranger. Le pétrole, le gaz et l'uranium sont autant de sources d'énergie importées, selon les calculs de la Fondation suisse de l'énergie (SES).

Pour Isabelle Pasquier-Eichenberger, collaboratrice de la SES et ex-conseillère nationale verte genevoise, interrogée par la RTS, il s'agit d'un signal inquiétant : "Nous sommes dans un contexte de crise climatique et de nécessité de notre indépendance des énergies fossiles. Mais c'est plus que ça : toute la société et l'économie peuvent être mises en péril si on n'a pas les capacités de production interne."

Vers une plus grande indépendance ?

D'après la SES, les dépenses énergétiques de la Suisse sont en moyenne de 11 milliards de francs suisses par an. "Avec un taux d'indépendance énergétique calculé à 29,5 % en 2024, la Suisse se situe dans le bas du classement par rapport aux pays de l'Union européenne. L'Estonie est largement en tête avec une indépendance de 99 %. Les lanternes rouges sont le Luxembourg, Chypre et Malte, avec un taux d'indépendance énergétique inférieur à 10 %", indique la Fondation dans son rapport.

Cependant, l'indépendance du pays tend à augmenter ces dernières années. En 2001, elle était d'environ 20 % et a augmenté pour atteindre près de 27 % en 2022. "C'est une bonne nouvelle", déclare Léonore Hälg, responsable du domaine des énergies renouvelables et du climat à la SES, "car les perturbations sur les marchés de l'énergie ces dernières années ont montré que davantage d'indépendance énergétique est économiquement et politiquement nécessaire".

Les électeurs suisses sont appelés au vote, le 9 juin prochain, autour d'un projet de loi sur l'électricité. Ce dernier, soutenu par des parlementaires de gauche comme de droite, prévoit des objectifs accrus pour l'expansion de la production d'électricité renouvelable et des mesures en faveur de la transition énergétique.