Face au problème du surtourisme, la Suisse veut mettre en valeur des destinations "hors des sentiers battus"

L'organisation Suisse Tourisme a expliqué vouloir s'emparer de la problématique du surtourisme dans le pays alpin avec la mise en valeur de destinations "hors des sentiers battus" ou des périodes de basse saison. Sur l'ensemble du pays, le secteur du tourisme pèse 43 milliards de francs suisses (44,2 milliards d'euros).

Suisse Tourisme veut mieux équilibrer les flux de vacanciers pour protéger le pays alpin du surtourisme, en proposant des destinations hors des sentiers battus ou en mettant en valeur la basse saison afin de répartir les visites au fil de l'année.

Cette organisation mandatée par la Confédération pour promouvoir le tourisme en Suisse entend diriger les vacanciers "vers les bons endroits, au bon moment", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse jeudi à Zurich. Selon son directeur général, Martin Nydegger, il n'y a "pas de problème de surtourisme généralisé en Suisse", a-t-il déclaré, même s'il y a des goulets d'étranglement "temporaires et locaux, bien connus de la branche", a-t-il reconnu.

Le petit village d'Iseltwald, sur les rives du lac de Brienz, a par exemple vu subitement des touristes asiatiques affluer après le succès d'une série sud-coréenne sur Netflix. La commune d'environ 400 habitants a donc imposé une taxe de 5 francs suisses (5,14 euros) aux touristes qui souhaitaient se photographier sur un ponton où des séquences avaient été tournées.

Le rempart du franc suisse

Mais au-delà de phénomènes "temporaires et limités géographiquement", la Suisse n'est pas exposée au surtourisme sur l'ensemble du territoire, a souligné M. Nydegger, soulignant que la population suisse a globalement une opinion positive du tourisme. D'après un sondage réalisé par Suisse Tourisme, seulement 5 % de la population, soit "une petite minorité", est préoccupée par le tourisme.

"La force du franc suisse est déjà une défense car cela limite l'accès au tourisme de masse", a déclaré à l'AFP Damian Constantin, le président de Conférence des directeurs d'offices de tourisme régionaux, en charge de la promotion du canton du Valais, où se trouve le Mont Cervin, un des hauts lieux touristiques de Suisse.

Avec son coût de la vie élevé et la force de sa monnaie, la Suisse est une destination onéreuse, ce qui aide à freiner le surtourisme, selon lui.

43 milliards de francs suisses générés par le tourisme

Suisse Tourisme entend toutefois se montrer "proactif" pour protéger ce secteur qui pèse "43 milliards de francs suisses (44,2 milliards d'euros, NDLR) et contribue à 4,5 % du PIB", a fait valoir, M. Nydegger, la beauté des paysages de montagne étant un des grands atouts de cette destination.

L'organisme entend notamment travailler avec des voyagistes pour proposer des programmes hors des sentiers battus, à l'instar de sentiers de randonnée et de circuits à vélo électrique à Davos-Klosters, promus avec l'aide de créateurs de contenu chinois. Suisse Tourisme a aussi lancé des campagnes pour promouvoir l'offre touristique pendant l'automne afin de prolonger la saison.

L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité