Cet article date de plus de 4 ans

Grandeur et décadence des moulinets de canne à pêche Mitchell, à Marignier en Haute-Savoie

Ce fut "la plus grande réussite du Faucigny". Historiquement nichée dans la vallée de l'Arve, la production de l'entreprise Mitchell a fini par se délocaliser en Asie. Et les emplois locaux se sont réduits comme peau de chagrin, au fil des rachats de la marque par de grands groupes américains. 
Dès 1981, la société Mitchell, l'un des tout premiers fabricants mondiaux de moulinets pour canne à pêche, "la plus grande réussite du Faucigny" selon Le Messager , dépose le bilan.

A l'époque, Mitchell fabrique tout de même plus d'un million de moulinets par an, 70% à l'export, et emploie près de 400 salariés. 

Quelques années plus tard, la production est délocalisée en Asie, en Chine notamment. La marque est rachetée par la multinationale américaine Johnson (les produits d'entretien), puis par le groupe Pure Fishing, lui-même détenu par Jarden (Capinggaz, Mapa, Spontex...)

En 2016, nouveau rachat. Par Newell Brands. Le nouveau propriétaire décide de fermer le site de Marignier en Haute-Savoie, considéré comme sous-exploité.

Depuis, 31 postes sont sur la sellette. Des emplois administratifs, le marketing et le SAV. Seule petite victoire pour ces salariés : le groupe Newell devra verser plus qu'une simple indemnité de départ. 

Une page de l'histoire locale va se tourner. D'ici la fin de l'année. Après 70 ans de grandeur et décadence...

durée de la vidéo: 01 min 51
Mitchell, grandeur et décadence



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie social