Haute-Savoie : la contestation grandit contre un éventuel projet de station de ski nordique sur le plateau de Cenise

Publié le
Écrit par Margot Desmas avec Hugo Lemonier

Y aura-t-il une station de ski nordique sur le plateau de Cenise, en Haute-Savoie ? Un collectif s'est formé pour militer contre ce projet qui serait étudié par le conseil départemental. Les opposants dénoncent un aménagement d'un autre temps.

Plus de 200 manifestants à 1 700 mètres d'altitude, tous mobilisés contre le projet de station de ski nordique. Rendez-vous était donné dimanche 2 octobre sur le plateau de Cenise, en Haute-Savoie, pour contester ce projet dont aucun détail n'a fuité jusqu'ici.

Officiellement, personne ne sait ce qu'il en sera mais pour les opposants, c'est une question de principe. "Ce qu'on défend, c'est la possibilité de garder un tourisme axé sur les espaces sauvages. Il y a une sorte de fuite en avant avec tout un tas de projets", expose Janny, membre du collectif Sauvons Cenise.

La Haute-Savoie compte déjà 37 stations de ski nordique, mais le président du conseil départemental, Martial Saddier (LR), veut miser sur le développement de cette activité. Plus de 50 millions d'euros sont sur la table. Contacté par France 3 Alpes, il n'a pas souhaité s'exprimer sur ce projet.

Préoccupations environnementales

"Est-ce qu'on doit encore aujourd'hui investir des sommes monumentales dans des infrastructures hyper lourdes, alors qu'on vit un bouleversement avec le recul de la neige, qu'on va manquer d'eau", questionne pour sa part Valérie Pommier du collectif Sauvons Beauregard.

Des préoccupations environnementales que partage Yves Kovacs, hydrologue de profession et habitué du massif. "Pourquoi mettre un téléphérique pour faire venir des gens en ski de fond alors qu'ils sont à 15 minutes de leur parking", demande-t-il.

Et parmi les manifestants, un parlementaire centriste, le sénateur Loïc Hervé. "Ici, il y a de l'agropastoralisme, des randonneurs, hiver comme été. Tel qu'il est, le plateau de Cenise est suffisamment attractif pour qu'on ne développe pas d'autres activités ici", juge l'élu.

Le collectif Sauvons Cenise a lancé une pétition en ligne pour s'opposer à ce projet d'aménagements touristiques sur une "terre de pastoralisme". Elle regroupe, ce lundi 3 octobre, plus de 31 000 signatures.

durée de la vidéo : 01min 38
Des études de faisabilité ont été lancées en vue d'un éventuel projet de station de ski nordique sur le plateau de Cenise, en Haute-Savoie. Les opposants se sont réunis le 2 octobre. ©France 3 Alpes

Plusieurs pistes à l'étude

La mobilisation prend un nouveau tournant alors que l'avenir du domaine du Mont-Saxonnex, à quelques kilomètres de là, pose question. Avec ses 15 km de pistes à 1 300 mètres d'altitude, la petite station souffre du manque de neige. La municipalité envisage plusieurs options : continuer d'exploiter la station, la démanteler, ou passer au ski de fond.

Les habitants du village ont été consultés en mai, bien qu'aucune décision ne semble avoir été actée depuis. "Les stations qui sont à 800-900 mètres d’altitude avec telle ou telle exposition, on en a un certain nombre qui sont condamnées", estimait le président du conseil départemental le 2 septembre au micro de la radio H2O, citant en exemple celle du Mont-Saxonnex.

Martial Saddier a fait savoir que le Département accompagnerait la mairie dans une éventuelle transition. "Au Mont-Saxonnex, on lance une étude pour savoir si on ne peut pas remplacer le ski alpin par du ski nordique", a-t-il confirmé à nos confrères, ajoutant que le conseil départemental allait financer l'étude.

Mais des installations sont-elles envisagées plus haut, sur le plateau ? "J'ai dit qu’il n’y aurait aucun aménagement sur le plateau, ni de voitures", affirmait Martial Saddier en mai dernier dans les colonnes du Dauphiné Libéré. Une promesse à laquelle les opposants ne croient guère. C'est pourquoi ils entendent bien poursuivre leurs actions pour, disent-ils, sauvegarder cet espace encore vierge de toute infrastructure touristique.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité