Haute-Savoie : le Mont-Salève interdit à l'escalade jusqu'à nouvel ordre après des éboulements à répétition

Episodes de canicule, entrecoupés de violents orages, le Mont-Salève en Haute-Savoie a beaucoup souffert ces derniers temps des conditions météo qui provoquent éboulements et coulées. La mairie de Collonges-sous Salève a interdit l'escalade de ses falaises jusqu'à nouvel ordre.

"Suite aux éboulements qui ont eu lieu ces derniers mois, la mairie a décidé d’interdire la pratique de l’escalade sur l’ensemble du Salève pour sa partie collongeoise, d’interdire l’accès au parking aux abords du terrain de tennis (et donc des sentiers qui débutent à cet endroit) et de fermer les terrains de tennis et le club house. Ces mesures seront en vigueur dans l’attente des résultats des sondages qui auront lieu courant septembre sur le Salève”, indique la municipalité dans son arrêté.

La "grimpe" comme on dit dans le Genevois, est provisoirement suspendue, jusqu'à la fin de l'été. L'arrêté, signé par la maire de Collonges-sous-Salèves, Valérie Thoret-Mairesse, est affiché partout au pied de la mythique falaise, réputée pour être le "berceau" de la varappe.

Une décision prise après des éboulements à répétition depuis le début de l'été, et tout récemment encore dans ce secteur très fréquenté par les grimpeurs.

Si le phénomène n'est pas nouveau, l'ampleur de ces dernières coulées est alarmant, et a provoqué la fermeture d'une vingtaine de voies d'escalade dans le secteur collongeois. 

Une coulée très importante s'est notamment produite dans le dévaloir de la Mule, sur les hauteurs des courts de tennis, "du jamais vu depuis 40 ans", indique le quotidien genevois Le Courrier. L’accès au parking aux abords du terrain de tennis, et donc des sentiers qui débutent à cet endroit, est condamné par des barrières.

De nombreux pratiquants de Suisse viennent y faire de l'escalade, notamment depuis Genève. Le Mont-Salève est  d'ailleurs souvent surnommé la "Montagne des Genevois".

Pour l'heure, le secteur de la “Nationale” est très instable et des coulées ont encore lieu régulièrement, liés à la météo, aux orages et à la sécheresse.

Des premiers sondages des parois sont en cours, mais le diagnostic complet doit être effectué au moins de septembre. Des deux côtés de la frontière, les clubs alpins recommandent "de respecter les consignes et de ne pas braver l'interdit". 

La randonnée, le parapente, et toutes les autres activités, ainsi que l'accès au téléphérique ne sont absolument pas remis en cause.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature environnement sport suisse international