INSOLITE. Une classe mise en vente sur Leboncoin : l'idée de parents d'élèves pour sauver une classe condamnée à la fermeture

Après la décision de la fermeture d'une classe dans une école de Taninges en Haute-Savoie, des parents d'élèves ont mis en ligne une annonce sur leboncoin. Ils proposent à la vente une salle "toute équipée, fonctionnelle, lumineuse et prête à recevoir une vingtaine d'élèves ayant envie d'apprendre".

"Classe à vendre : 1 euro". Mise en ligne depuis le 13 mai sur le site de petites annonces Leboncoin, l'offre n'a pas encore trouvé preneur...

Pourtant, les "propriétaires" mettent en avant les atouts du bien en vente : "une classe toute équipée, fonctionnelle, lumineuse, prête à recevoir une vingtaine d'élèves ayant envie d'apprendre et un enseignant ayant soif de transmettre".

Avec une ironie non dissimulée, des parents d'élèves de Taninges en Haute-Savoie bradent ainsi symboliquement une classe du groupe scolaire de Mélan, condamnée à la fermeture à la rentrée de septembre 2024.

Un voisinage à l'ambiance "mauvaise", en "échec" et en "décrochage"

Depuis plusieurs semaines, ces parents d'élèves se mobilisent. Début mars, l'académie de Grenoble avait annoncé la fermeture d'une classe de ce groupe scolaire regroupant école maternelle et école élémentaire. 

Dans cet établissement, 322 élèves étaient présents cette année, répartis dans 13 classes. Mais en raison d'une importante vague de départs des élèves de CM2 non compensée par des arrivées, le nombre d'enfants devrait s'abaisser à 306 selon les prévisions du rectorat de Grenoble.

"On va arriver à 25,5 enfants par classe. Mais avec les seuils maximum en grande section de maternelle, CP et CE1 (24 élèves par classe, NDLR), cela va se répercuter sur les autres niveaux. On va avoir 28 voire 29 élèves dans des classes en double niveau", s'insurge une mère d'élève, adhérente à la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE).

Dans l'annonce publiée en ligne, les parents d'élèves promettent au futur acquéreur une "ambiance environnante [qui] risque d'être mauvaise, cris, incompréhension, solitude, exapération, échec et décrochage".

"S'il le faut, on bloquera le groupe scolaire"

Dès l'annonce de la fermeture de cette classe, parents d'élèves, enseignants et élus se sont mobilisés. Le 15 mars dernier, ils étaient plus de 150 dans la cour de l'école pour protester contre cette décision de l'académie de Grenoble.

La FCPE attend encore un retour du rectorat à la suite de son courrier requiérant un entretien avec l'inspecteur de l'académie. "Nous envisageons d'autres mobilisations si la décision reste la même. On ne veut pas aller jusque-là, mais s'il le faut, on bloquera le groupe scolaire", promet une mère d'élève.

Sur le site Leboncoin, les parents d'élèves ont reçu plusieurs sollicitations pour cette classe à vendre au prix "symbolique" d'un euro. Dans les messages privés de ces "propriétaires", aucune offre d'achat, mais des "messages de soutien à cette mobilisation" contre des classes "surchargées".

En signe de protestation, la FCPE a lancé une pétition en ligne qui rassemble déjà plus 6 800 signatures.

Contacté, l'académie de Grenoble assure qu'à la rentrée 2024, "en cas de hausse des effectifs, un nouveau comptage sera établi et la situation pourra être réétudiée". L'inspecteur de l'Éducation nationale de circonscription "reste très attentif à la situation", conclut le rectorat.