Pollution dans la vallée de l'Arve : une plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" jugée recevable

Une plainte avec constitution de partie civile déposée par une cinquantaine d'habitants de la vallée de l'Arve va être instruite. L'enquête va être ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui", en lien avec les problèmes de pollution récurrents dans cette vallée de Haute-Savoie.

La vallée de l'Arve, en Haute-Savoie, est l'une des vallées les plus polluées de France. (Archives)
La vallée de l'Arve, en Haute-Savoie, est l'une des vallées les plus polluées de France. (Archives) © Vincent Isore / MAXPPP
C'est une victoire pour le Coll'Air Pur. L'association, créée en 2018, est à l'origine d'une plainte avec constitution de partie civile déposée par une cinquantaine de personnes pour "mise en danger de la vie d'autrui" concernant la pollution dans la vallée de l'Arve, l'une des plus polluées de France, au pied du Mont-Blanc. Et le collectif l'a annoncé dimanche 2 août : sa plainte a été jugée recevable par le doyen des juges d'instruction de Bonneville (Haute-Savoie) qui a ordonné l'ouverture d'une enquête judiciaire.

"On est très contents (...) On n'a fait que soulever le tapis", se félicite Muriel Auprince, membre du collectif Coll'Air Pur. Une première enquête avait déjà été ouverte à ce sujet en 2018. Elle faisait suite à la plainte déposée par quelque 540 habitants de la vallée de l'Arve pour le même chef de poursuite. Mais le procureur de la République de Bonneville l'avait classée sans suite quelques mois plus tard.

 

"Beaucoup d'espoir"


L'ouverture de cette nouvelle enquête redonne de l'espoir au Coll'Air Pur, souhaitant "aller plus loin que les chiffres officiels" sur la pollution. "Ce qui fait baisser les seuils de pollution, c'est la météo. On a des hivers plus doux, c'est ce qui nous sauve, mais la pollution chronique est présente tous les jours", poursuit Muriel Auprince qui espère "pouvoir dire les choses" grâce à ces investigations.

Au-delà de la pollution générée par les feux de bois en hiver, elle aimerait que cette enquête mette en avant le rôle du trafic routier et de l'industrie dans la dégradation de la qualité de l'air. "On voudrait au moins que les gens soient au courant", dit-elle. A ce sujet, Emmanuel Macron avait annoncé lors d'un déplacement à Chamonix l'interdiction, au 1er juillet, de la circulation des poids lourds de catégories Euro 3 et 4 dans la vallée de l'Arve.

La préfecture de Haute-Savoie a également signé un arrêté interdisant toute utilisation de chauffage à bois à foyer ouvert à partir du 1er janvier 2022 dans 41 communes de la vallée de l'Arve. Une mesure qui s'inscrit dans le cadre de la mise en place du plan de protection de l'atmosphère. Il ambitionne de réduire de moitié le nombre de morts liés à la pollution.
 
"Nous mettons beaucoup d'espoir dans cette enquête que nous avons déjà bien commencée sur le terrain (...) et nous attendons impatiemment que la justice se prononce sur cette situation sanitaire mortifère au pied du Mont-Blanc", écrit le collectif sur Facebook. Les investigations devraient débuter à la rentrée de septembre, elles ont porter sur une période allant de janvier au 9 décembre 2019.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement justice société