Varces : F. Hollande rend hommage au major Bouzet

François Hollande a présidé la cérémonie en l'honneur de Franck Bouzet, le militaire du 7e BCA mort en Afghanistan.

video title

video title

Réaction du Colonel Alain Didier, 7ème BCA

Réaction du Colonel Alain Didier, Chef de corps,7ème BCA, suite au décès d'un soldat en Afghanistan

Le Président de la République est arrivé à 11H30 sur la place d'armes du 7e Bataillon des Chasseurs Alpin à Varces en Isère. Il a prononcé l'éloge funèbre du militaire tué en Afghanistan mardi dernier avant de lui remettre la légion d'honneur à titre posthume.

Le chef de l'Etat, qui a interrompu ses vacances au Fort de Brégançon pour participer à cette cérémonie, a prononcé l'éloge funèbre du major Bouzet, tombé mardi en Afghanistan, devant quelque 500 chasseurs alpins, les proches du sous-officier et de nombreux anciens combattants.

<< En vidéo, nos reportages sur les hommages rendus à Franck Bouzet

 

 

Agé de 45 ans et père de trois enfants de 15, 22 et 23 ans, le major Bouzet a été tué lors d'un violent accrochage survenu en Kapisa, dans l'est de l'Afghanistan.

A son arrivée sur la place d'armes, à 11H30 précises, François Hollande était accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract Madoux.

Engagé en novembre 1984, l'adjudant-chef Bouzet avait effectué de nombreuses opérations extérieures. Sous-officier du 7e BCA, il avait été muté au 13e BCA début juillet mais ne devait rejoindre cette unité qu'à l'issue de son engagement en Afghanistan.

Le chef de l'Etat, chef des armées, lui remettra les insignes de chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume.

 

 

"Nous ne sommes ni dans la colère ni dans l'injustice mais dans le recueillement", a déclaré devant la presse le colonel Alain Didier, commandant du 7e BCA, soulignant que "deux familles ont été particulièrement touchées, celle du major Bouzet et celles des chasseurs alpins".

Une cérémonie à Paris sur le pont Alexandre III

Vendredi 10 Août 2012, environ 500 personnes ont suivi la cérémonie d'hommage au militaire à Paris. A côté de détachements des Pompiers de Paris ou de la Gendarmerie, des Parisiens venus spécialement pour cet hommage populaire, mais aussi des touristes qui se trouvaient là par hasard, se sont mêlés aux militaires en uniforme

 Silence total quand le convoi transportant le cercueil recouvert de la photo du soldat mort au combat et de son béret de chasseur alpin franchit le pont.

Franck Bouzet mort en Afghanistan

Franck Bouzet est décédé des suites de ses blessures à bord de l'hélicoptère qui l'évacuait vers Kaboul. Officier-instructeur, il faisait partie d'une équipe d'assistance qui conseille les unités afghanes dans la zone de Kapisa.

Affecté au 7ème bataillon de chasseurs alpins, récemment transféré à Varces, près de Grenoble, il devait rejoindre le 13ème BCA de Chambéry à son retour de mission.

Père de 3 enfants, résidant à Césarches près d'Albertville, c'était sa 3ème mission en Afghanistan.

 

 

Accrochages incessants

Selon l'état major des armées, l'incident s'est produit près du pont de Tagab.

Cette zone est le théâtre d'accrochages incessants entre forces franco-afghanes et insurgés. Un détachement d'environ 130 militaires français a été la cible de tirs d'artillerie et de roquettes provenant d'un groupe d'une vingtaine de rebelles afghans.

Selon le porte-parole de l'état-major des armées, le commandant Bertrand Bonneau, une dizaine de rebelles afghans ont été tués au cours de l'échange de tirs qui a suivi l'attaque des insurgés. Un soldat de l'armée nationale afghane a également été blessé au cours de l'opération.

 

 

Le 7ème BCA sous le choc

A Varces, en Isère, le 7ème bataillon de chasseurs alpins est sous le choc, l'adjudant chef Bouzet est le premier sous-officier attaché à cette unité alpine à avoir perdu la vie au cours d'opérations à Kapisa.

Vive émotion

Le président François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont exprimé en des termes similaires leur "vive émotion" après ce décès.

Depuis le début de l'année, dix soldats français ont perdu la vie en Afghanistan, dont quatre le 9 juin dans un attentat suicide revendiqué par les talibans en Kapisa, province infiltrée par l'insurrection.

 

 

88 soldats français tués en Afghanistan

Ce décès nouveau porte à 88 le nombre de soldats français tués en Afghanistan depuis le début de l'intervention française et alliée dans ce pays fin 2001.

Courage et dévouement  

"Je salue le courage et le dévouement des troupes françaises en Afghanistan, qui œuvrent tous les jours pour la paix et la stabilité dans ce pays", a poursuivi François Hollande, adressant ses "sincères condoléances" à la famille du soldat tué et souhaitant un "rapide rétablissement" au blessé.
 

Anticiper le retrait

La France compte anticiper le retrait de ses forces "combattantes" d'Afghanistan, soit 2.000 hommes, selon un calendrier arrêté par François Hollande. Près de 4.000 soldats français étaient présents dans ce pays mi-2011. Ils ne devraient plus être que 1.400 fin décembre 2012, deux ans avant le départ prévu des dernières troupes de la force internationale de l'Otan (Isaf).


Au-delà, 1.400 soldats français resteront dans le pays pour assurer en 2013 le retrait du matériel et poursuivre la formation de l'armée et de la police afghanes. En dehors de 500 formateurs qui seront maintenus sur place, le retrait militaire français sera en principe achevé à la fin 2013.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité