Affaire Mila : une "solution" de rescolarisation a été trouvée pour l'adolescente iséroise, selon Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé, ce jeudi 6 février, qu'une solution avait été trouvée pour rescolariser Mila, l'adolescente iséroise qui avait été visée par des menaces de mort après avoir publié une vidéo contenant des propos hostiles à l'islam.  
Illustration
Illustration © Lionel BONAVENTURE / AFP
Le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a affirmé jeudi 6 février qu'une "solution" de rescolarisation avait été trouvée pour Mila, adolescente de 16 ans qui a dû quitter son lycée en Isère après avoir été visée par des menaces de mort pour des propos hostiles à l'islam
 
"La première priorité c'est évidemment la protection et la rescolarisation de cette jeune fille, c'est ce à quoi nous avons travaillé avec la famille depuis le début", a expliqué Jean-Michel Blanquer.


Une solution dans l'intérêt de la jeune fille

"Nous avons trouvé une solution, avec la famille. Par définition je ne dis pas laquelle, elle est bonne et dans l'intérêt de la jeune fille", a-t-il poursuivi, sans donner plus de précisions.

De son côté, l'avocat de la famille de Mila, Richard Malka, s'est félicité que "pour la première fois depuis deux semaines, il existe une piste très sérieuse qui paraît envisageable".
 


Elle fait l'objet d'une "vigilance particulière"

Lycéenne de 16 ans, Mila a été visée par de nombreuses menaces de mort après une vidéo diffusée mi-janvier sur les réseaux sociaux où elle affirmait notamment que l'islam était de la "merde" et une "religion de haine", tout en se défendant d'être raciste. 
 
Elle a ensuite dû être déscolarisée de son établissement de Villefontaine et fait, depuis, l'objet d'une "vigilance particulière" des forces de l'ordre pour garantir sa protection.

Début février, elle avait assuré devant les caméras de l'émission Quotidien ne pas regretter ses propos tout en formulant des excuses pour les personnes "qui pratiquent leur religion en paix".


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société faits divers religion justice