• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Arcabas, ce maître de l'art sacré qui créait en Chartreuse

Arcabas dans son atelier de Saint-Hugues-de-Chartreuse en 2011. / © France 3 Alpes
Arcabas dans son atelier de Saint-Hugues-de-Chartreuse en 2011. / © France 3 Alpes

Décédé jeudi 23 août, le peintre Arcabas avait participé par le biais de ses œuvres à la rénovation et l'embellissement de nombreux édifices religieux. Il était considéré comme l'un des grands maîtres de l'art sacré contemporain.

Par Eddie Rabeyrin

Le peintre Arcabas, qui s'est éteint jeudi 23 août à l'âge de 92 ans, était considéré comme un maître de l'art du sacré. Ce Lorrain d'origine avait choisi les Alpes comme laboratoire de ses créations. 
 

En 2011, nous avions pû le rencontrer dans son atelier de Saint-Hugues-de-Chartreuse où, sans relâche, il peignait et sculptait. "Je prétends que n'importe quel artiste, à partir du moment il est bien dirigé dans l'esprit et dans le cœur, c'est-à-dire quand il fait des tableaux pour qu'ils soient beaux et non pour le fric, il se trouve déjà sur le chemin du sacré" estimait le vieux lion. 

Son oeuvre majeure restera sans conteste la rénovation de l'église de Saint-Hugues, qu'il entama en 1953 et termina près de 40 ans plus tard. Le lieu est aujourd'hui internationalement connu. "C'était un travail assez considérable dans lequel je me suis absolument lâché" confessait-il.


Retrouvez le portrait que nous avions fait de lui en 2011. 

Arcabas savait aussi s'exporter au-delà de ses terres d'attache. Il avait décoré de nombreuses cathédrales comme à Saint-Malo ou à Rennes, voire des basiliques telles que celle de la Salette.

L'un de ses derniers chantiers fut la rénovation de l'abbaye savoyarde de Tamié, sur lequel il travailla durant une dizaine d'années. De l'autel en marbre aux chandeliers, en passant par les chaises de présidence, l'artiste avait entièrement repensé le mobilier. La touche finale fut un portrait de la Vierge à l'enfant, exposé derrière l'autel. "Les moines m'ont fait comprendre qu'un peu d'humanité et de présent dans la Vierge était souhaitable, expliquait-il. C'est la même Vierge mais elle penche un peu la tête, il y a une tendresse dans le regard, un témoignage d'une mère aimante."


Ci-dessous, le reportage sur la rénovation de l'abbaye de Tamié en 2011.

Arcabas a marqué la Chartreuse de ses couleurs et de ses oeuvres. On lui doit notamment la réfection de l'église de St Hugues de Chartreuse, ou le chantier en cours des vitraux de la Basilique du Sacré-Cœur de Grenoble.


Le reportage de Maïna Sicard-Cras et Florine Ebbhah.​​​​​​​

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus